Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Inde: les rassemblements politiques interdits face à une vague de Covid-19

logo de RFI RFI 16/01/2022 RFI
Des partisans du parti nationaliste hindou BJP lors d'un meeting électoral à Calcutta au Bengale-Occidental, le 5 avril 2021. © AP - Bikas Das Des partisans du parti nationaliste hindou BJP lors d'un meeting électoral à Calcutta au Bengale-Occidental, le 5 avril 2021.

En Inde, la troisième vague liée au variant Omicron vient perturber d’importantes élections législatives prévues à partir du 10 février. Face à ce dilemme, la Commission électorale vient d'interdire les rassemblements politiques jusqu'au 22 janvier.

Avec notre correspondant à Bangalore, Côme Bastin

L’Uttar Pradesh, le Pendjab, l’Uttarakhand, Goa et Manipur... Ces 5 États, représentant près de 200 millions d’électeurs, sont appelés aux urnes. Pour le BJP au pouvoir, conserver l’Uttar Pradesh, État le plus peuplé d’Inde, s’annonce crucial. Mais voilà que ces élections législatives semblent suivre le dangereux scénario de celles de 2021. Durant le printemps, le Premier ministre Narendra Modi avait multiplié les meetings géants alors que le variant Delta explosait dans le pays.


Vidéo: E. Macron affirme ses vues dès le début de la présidence française du Conseil de l'UE (France 24)

E. Macron affirme ses vues dès le début de la présidence française du Conseil de l'UE
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Pas question, cette année, de donner à nouveau l’impression de sous-estimer la menace. La commission électorale a interdit ce vendredi 14 janvier, les rassemblements politiques pour une semaine de plus, une décision qui pourrait être reconduite, mais ne fait pas l’unanimité.

Situation compliquée pour les petits partis

Dans le Pendjab, le Shiromani Akali Dal a demandé vendredi à la Commission de reconsidérer sa décision. Pour ce parti aux moyens limités, il est impossible de s’adresser aux segments les plus pauvres de la population par Internet.

La commission campe de son côté sur ses positions. Ce samedi, le Samajwadi Party, dans l’Uttar Pradesh, vient de recevoir un avertissement judiciaire après que 2000 de ses militants aient participé à un rassemblement qui n’avait de virtuel… que le nom.

►À lire aussi : En Inde, Omicron ne freine pas les millions de pèlerins attendus à un festival hindou

Publicité
Publicité

Plus de RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon