Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Journée mondiale du refus de la misère: au Bénin, le projet Nokoué apporte de l'eau potable aux habitants

logo de RFI RFI 17/10/2021 RFI
Borne fontaine sur les bords du lac Nokoué. © Jean-Luc Aplogan / RFI Borne fontaine sur les bords du lac Nokoué.

Le lac Nokoué, le plus grand lac du sud du Bénin, d’une superficie de 150 km2 environ, abrite six communes dont la célèbre cité lacustre Ganvié, une des grandes attractions touristiques du pays. Pendant de longues années et faute d’eau potable à proximité, une partie des 118 000 habitants de la région buvait encore l’eau du lac. Emmaüs international y a appuyé et financé une infrastructure de production et de distribution d’eau potable et d’assainissement. Le projet Nokoué est aujourd'hui un modèle participatif, bien géré et qui fonctionne bien.

Avec notre correspondant au Bénin, Jean-Luc Aplogan

Le jour se lève  sur la cité lacustre de Ganvié et déjà elle est très animée. Dans ce village pittoresque parsemé de maisons sur pilotis, les barques voguent sur le lac, le marché flottant se tient déjà avec des étals de marchandises installés dans les pirogues.

Un projet ambitieux

Un peu plus loin, voilà une borne fontaine. Une femme en pirogue repart avec  50 litres d’eau potable. Ça lui a couté 25 francs CFA; L’époque où il fallait se bousculer et passer deux nuits devant les forages lointains est désormais un vieux souvenir. Emmaüs International validant ici un ambitieux projet d’eau potable et d’assainissement, a réalisé neuf châteaux d’eau et 95 blocs sanitaires, il s’agit de latrines publiques.

Et, si la gestion est satisfaisante c’est parce qu’elle est aux mains des  populations, selon José Hounsa, d'Emmaüs Bénin : « Les populations sont l’alpha et l’oméga, le modèle est basé sur la gestion communautaire, tout le monde a son mot à dire, tout le monde se surveille, ça garantit le succès, la durabilité et la pérennité. » 

« Un regard d'amour »

Pour un des gestionnaires, Il y a une deuxième raison, culturelle celle-là : « Dans notre milieu, nous avons honte des malversations. Si tu prends l’argent du peuple et que tu t’enfuis, on va voir un de tes oncles pour lui dire cet enfant est entrain de salir votre famille, ils vont le faire revenir. »

Au total, 80% de personnes en profitent sur le lac Nokoué. Jean-Marie Ahissou, membre d’un comité local de gestion rêve d’un objectif de 100%. Pour y arriver, il demande encore « un regard d’amour à Emmaus international ».

À lire aussi : Bénin: la basse vallée de l'Ouémé, une réserve de biosphère vitale mais menacée

Publicité
Publicité

Plus de RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon