Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'émir du Qatar reçu à Washington par Joe Biden

logo de RFI RFI 31/01/2022 RFI
Sous la direction de son émir, le cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, le Qatar a cherché à devenir l'allié le plus important des États-Unis dans le Golfe. © JACK GUEZ AFP Sous la direction de son émir, le cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, le Qatar a cherché à devenir l'allié le plus important des États-Unis dans le Golfe.

Le président américain Joe Biden reçoit lundi 31 janvier l'émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, à Washington. Dans le contexte des tensions entre la Russie et les pays occidentaux au sujet de l'Ukraine, les deux hommes s'entretiendront sur « la stabilité de l'offre internationale d'énergie » a précisé la Maison Blanche. 

Avec notre correspondante à Washington, Loubna Anaki, et notre correspondant dans les pays du Golfe, Nicolas Keraudren 

Le Qatar est devenu un interlocuteur majeur pour les États-Unis sur de nombreux dossiers.  

Pour cette première visite de l'émir qatarien à Washington depuis la prise de fonction du président américain Joe Biden, l'enjeu énergétique sera au cœur des discussions.

Ce qui rend cette visite vraiment importante, c’est qu’elle intervient au moment où les tensions entre les pays occidentaux et la Russie sont au plus haut sur la situation en Ukraine. Le risque imminent d’une invasion russe et les sanctions prévues dans ce cas, font craindre des problèmes d’approvisionnement en gaz. Les pays européens recevant 40% de leur gaz naturel de Russie.

Joe Biden devrait donc évoquer la question avec Cheikh Tamim Ben Hamad al Thani. Le Qatar étant un important producteur de gaz liquéfié.

Si le gaz venait à manquer en Europe, le Qatar pourrait en effet servir de source d'approvisionnement alternative. L'émirat du Golfe est le premier exportateur de gaz naturel liquéfié au monde. Mais ses exportations sont encore majoritairement destinées aux pays asiatiques.  

Les deux hommes s'entretiendront également sur la situation en Afghanistan. Le Qatar, qui héberge une importante base militaire américaine, avait joué un rôle crucial lors de la fin de l’intervention militaire des États-Unis dans ce pays, en matière logistique et aussi sur le plan diplomatique. Puisque Doha entretient des liens anciens avec les talibans qui ont repris possession de la capitale afghane l'année dernière.

À lire aussi : Le rôle de Doha dans les négociations entre les États-Unis et les talibans 

L’émirat avait accepté d’accueillir des milliers de réfugiés afghans le temps que les Américains leur accordent le droit de venir aux États-Unis. Il a aussi joué le rôle d’intermédiaire dans certaines discussions avec les talibans. La semaine dernière, la porte-parole de la Maison Blanche a expliqué que cette rencontre serait l’occasion de remercier officiellement le Qatar pour son soutien.

Le Qatar est aussi un intermédiaire entre les États-Unis et l'Iran sur le dossier du nucléaire. Le ministre qatarien des Affaires étrangères était d'ailleurs la semaine dernière en visite à Téhéran.   

Publicité
Publicité

Plus de RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon