Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La Bolivie multiplie les arrestations de migrants haïtiens

logo de RFI RFI 23/07/2021 RFI
Un agent de la patrouille frontalière chilien garde la frontière avec la Bolivie à Colchane, au Chili, le 18 février 2021. © AFP - MARTIN BERNETTI Un agent de la patrouille frontalière chilien garde la frontière avec la Bolivie à Colchane, au Chili, le 18 février 2021.

Ces dernières semaines en Bolivie les arrestations d’Haïtiens sans-papiers se multiplient. Les citoyens de l’île des Caraïbes se rendent au Chili, au Pérou ou au Brésil, et pour cela, ils doivent traverser le territoire bolivien. À la merci des trafiquants, ils ne terminent pas toujours le voyage.

Avec notre correspondante à La Paz, Alice Campaignolle

Cinquante-six personnes de nationalité haïtienne ont été arrêtées il y a quelques jours dans la ville d’Oruro pour avoir transité en Bolivie sans visa. Quarante-quatre adultes et douze mineurs, des familles pour la plupart. Les travaux agricoles auxquels la majorité d’entre eux se consacrait au Chili sont désormais terminés et il semblerait que la prochaine destination où il y a des opportunités de travail, c’est le Brésil.


Vidéo: Haïti: Des migrants s'entassent dans des voitures pour passer en République dominicaine (Dailymotion)

Relire la vidéo

Outre le risque de se faire arrêter par les autorités, beaucoup de migrants tombent entre les mains de trafiquants boliviens, brésiliens ou chiliens après des mois d’une vie de nomade. Parfois, ils se font extorquer dans les villes où ils passent, par des personnes sans scrupules.

« Il y a un véritable réseau de trafiquants »

Trois personnes de nationalité bolivienne ont également été appréhendés. « Nous avons découvert avec nos confrères du Chili qu’il y a un véritable réseau de trafiquants qui se consacre à capter des étrangers – pas seulement des Haïtiens mais aussi des Vénézuéliens – en leur offrant des jobs temporaires », explique le colonel Juan Carlos Mercado, directeur d’interpol Bolivie.

Ces arrestations de migrants font suite à plusieurs autres qui ont eu lieu ces dernières semaines. Comme ces 55 Haïtiens qui ont été arrêtés le 12 juillet à La Paz. Une vague de migration de transit qui peut s’apparenter à celle des Vénézuéliens de ces dernières années et à laquelle la Bolivie n’est pas vraiment accoutumée.

Publicité
Publicité

Plus de RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon