Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La guerre diplomatique chinoise déchire les îles Salomon

logo de Ouest-France Ouest-France 08/09/2020
Le Premier ministre des Salomon Manasseh Sogavare avec son homologue chinois Li Keqiang, lors de l’ fficialisation des relations entre les deux pays, en octobre 2019, aux dépens de Taïwan. © EPA-EFE Le Premier ministre des Salomon Manasseh Sogavare avec son homologue chinois Li Keqiang, lors de l’ fficialisation des relations entre les deux pays, en octobre 2019, aux dépens de Taïwan.

La décision du petit État du Pacifique de lâcher Taïwan pour Pékin, il y a un an, menace de provoquer la sécession d’une de ses îles.

La guerre diplomatique que la Chine communiste livre à sa rivale Taïwan, indépendante de facto depuis que les restes de l’armée nationaliste chinoise s’y sont réfugiés en 1949, menace de faire exploser l’unité des petites îles Salomon… Il y a un an, Pékin est parvenu à mettre fin à trente-six ans de relations diplomatiques et économiques entre l’archipel et Taïwan. Le gouvernement central du Premier ministre Manasseh Sogavare, basé à Honiara sur l’île de Guadalcanal, a rompu avec Taipei.

. © Ouest-France .

Rien d’exceptionnel. Les Salomon, comme le micro-État voisin de Kiribati, n’ont fait que rejoindre la liste des pays pro-Taïwan, déjà peu nombreux dans le monde, qui font défection en échange d’une aide économique de Pékin. Sauf que ce tête-à-queue diplomatique est en train de virer au cauchemar pour le petit archipel. Voilà que Malaita, l’une des principales îles, peuplée de 200 000 habitants, annonce son intention d’organiser un référendum d’indépendance !

Depuis le début, les Malaitans protestent contre le lâchage de Taïwan, invoquant la persécution des chrétiens en Chine et un  système politique antidémocratique » . De là à faire sécession ?  Nous sommes fatigués et malades d’un gouvernement qui n’écoute pas les habitants de Malaita » , dénonce le Premier ministre local Daniel Suidani.

C’est que la guerre sino-chinoise rejoint les fractures culturelles, ethniques et politiques des Salomon. Les relations entre les îles sont compliquées. Des violences entre 1998 et 2003 ont conduit le grand voisin australien à y envoyer une mission de maintien de la paix qui n’a pris fin qu’en 2017. Le mouvement indépendantiste a déjà lancé un boycottage des commerces tenus par des Chinois à Malaita.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon