Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La Méditerranée centrale, tombeau d’un millier de migrants depuis le début de l’année

logo de Le Parisien Le Parisien 27/07/2021 Le Parisien avec AFP
Des embarcations de fortune partent régulièrement de Libye (Illustration). © (AFP/STR) Des embarcations de fortune partent régulièrement de Libye (Illustration).

Le décès lundi d’au moins 57 personnes au large de la Libye cette semaine porte à environ 970 le nombre de migrants clandestins morts en Méditerranée centrale depuis le début de l’année, a annoncé mardi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Parmi les victimes de ce nouveau drame figurent vingt femmes et deux enfants en bas âge. Le bateau avait quitté dimanche la ville libyenne de Khoms, à quelque 120 km à l’est de la capitale Tripoli, avant de rencontrer des problèmes techniques et de faire naufrage. « Des pêcheurs locaux et les gardes-côtes libyens ont secouru 18 personnes », a indiqué le porte-parole de l’OIM, Paul Dillon.

Ils avaient quitté le Nigeria, la Ghana ou encore la Gambie

« Les survivants ont indiqué à nos équipes, qui répondent régulièrement à ces scènes déchirantes, qu’au moins 57 personnes étaient portées disparues ». Selon le porte-parole, les équipes de l’OIM ont fourni une assistance médicale, de l’eau et des vivres aux survivants, qui viennent du Nigeria, du Ghana et de Gambie. « Ce drame porte à environ 970 hommes, femmes et enfants le nombre de morts sur la route de la Méditerranée centrale en 2021 », a-t-il indiqué.


Vidéo: L'Egypte inaugure une base navale en Méditerranée (Euronews)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Cette mer détient le triste record du plus grand nombre de décès de migrants : depuis début janvier 1113 personnes ont péri dans ses flots. À ce jour, plus de 2020 migrants sont décédés dans le monde entier cette année.

Adopter une nouvelle approche

L’OIM a fait état d’une augmentation des départs de migrants, des interceptions et des arrivées en Méditerranée centrale cette année. « En plaidant pour de meilleures pratiques de gestion des migrations, une meilleure gouvernance des migrations et une plus grande solidarité de la part des États membres de l’UE, nous pouvons parvenir à une approche plus claire, sûre et humaine de cette question, à commencer par sauver des vies en mer », a déclaré le porte-parole.

Il a estimé « le moment venu » d’adopter une nouvelle approche qui serait décidée par les États. Paul Dillon a indiqué ne pas savoir si les 18 survivants avaient été emmenés dans des centres de détention en Libye, où sont régulièrement placés les migrants qui reviennent dans le pays.

Malgré une insécurité persistante, la Libye demeure un important point de passage pour des dizaines de milliers de migrants cherchant chaque année à gagner l’Europe par les côtes italiennes, distantes de quelque 300 km des côtes libyennes. ONG et agences onusiennes dénoncent régulièrement le renvoi en Libye de migrants interceptés en mer et les conditions déplorables dans les centres de détention.

Publicité
Publicité

Plus d'info: Le Parisien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon