Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La montagne victime de son succès, les incivilités se multiplient lors des randonnés

logo de RMC RMC 03/08/2021 Gwenaël Windrestin (avec Guillaume Dussourt)

Plus de touristes en montagne... et plus de déchets. Victime de son succès, le parc naturel de la Chartreuse interdit les bivouacs sous tente en pleine nature pour lutter contre les incivilités.

La montagne victime de son succès, les incivilités se multiplient lors des randonnés © RMC La montagne victime de son succès, les incivilités se multiplient lors des randonnés

C'est le revers de la médaille. En montagne, la fréquentation a augmenté de 9% en juillet dernier par rapport à l'année dernière, qui était déjà une excellente année pour ce tourisme estival. En cause, la pandémie, qui incite les Français à trouver le grand air et les zone moins peuplées. Mais qui dit plus de touristes, dit plus d'incivilités, plus de déchets. 

Dans l'Isère, plusieurs communes du massif de Chartreuse ont pris un arrêté pour limiter les bivouacs en pleine nature. Car aujourd'hui, quelques mètres à peine suffisent sur le sentier du cirque de Saint-Même pour trouver par terre un masque ou un trognon de pommes. Florence, une randonneuse, a elle aussi remarqué ces incivilités: "Les masques, les gens les jettent par terre. On en voit assez régulièrement sur le bord de la route et c'est dommage".

"Nous sommes assez étonnés qu'il y ait si peu de respect de la montagne"

Dans la réserve naturelle des Hauts de Chartreuse, la fréquentation a doublé depuis l'été dernier. Et selon Anne, une habituée, les codes en montagne ne sont pas toujours respectés: "J'ai pu bivouaquer autrefois et que ce soit les feux ou les détritus, on ramassait tout derrière nous et on laissait le site tel qu'il était. Aujourd'hui on rencontre de plus en plus de lieux saccagés sans compter les gens qui traversent les pâturages et passent au-dessus des barrières. C'est compliqué", déplore-t-elle.

L'arrêté anti-bivouac doit donc permettre de limiter ces nuisances selon le maire de Saint-Pierre-d'Entremont, Marc Gautier: "Nous sommes assez étonnés qu'il y ait si peu de respect de la montagne. On veut réguler et recevoir, on ne refuse pas les marcheurs mais on veut que ceux qui viennent soit respectueux de notre environnement".

Et plusieurs autres communes de ce parc naturel pourraient prendre le même arrêté dans les jours à venir.

>> A LIRE AUSSI - "J'ai peur d'être un cobaye": les manifestations contre le pass sanitaire s'étoffent chaque semaine

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon