Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La Nupes se divise après la visite de Nancy Pelosi à Taïwan

logo de L’Obs L’Obs il y a 3 jours www.nouvelobs.com
© Copyright 2022, L'Obs

Une nouvelle faille dans la Nupes ? La visite de Nancy Pelosi à Taïwan a « jeté de l’huile sur le feu » vis-à-vis de la Chine, a estimé ce vendredi 5 août le député LFI Manuel Bompard, tandis que le patron du PS Olivier Faure (PS) la trouve « discutable » mais défend « la volonté des Taïwanais de vivre en démocratie ». Les écologistes Yannick Jadot et Julien Bayou fustigent, eux, la « dictature » chinoise.

Taïwan va-t-elle devenir « la » crise géopolitique de l’été ?

Manuel Bompard a jugé sur RTL que cette visite de la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis était malvenue, faisant valoir que « le droit international aujourd’hui défend le concept qu’on appelle “une seule Chine” ».

« Donc quand il y a un conflit territorial de cette nature, ça doit se régler au sein du pays en question, et je crois que les Etats-Unis n’ont rien à faire en allant jeter de l’huile sur le feu comme ça. Il y a suffisamment de désordre à l’échelle internationale pour ne pas en rajouter », a insisté le bras droit de Jean-Luc Mélenchon.

Le chef de LFI Jean-Luc Mélenchon avait qualifié jeudi ce déplacement de « provocation », affirmant également qu’il « n’y a qu’une seule Chine » en référence au territoire continental et que « Taïwan est une composante à part entière de la Chine », reprenant un vocable défendu par le régime de Pékin mais refusé par les autorités de Taipei.

Dans la foulée, l’ambassade de Chine en France l’a remercié dans un tweet« pour son soutien constant à la politique d’une seule Chine ».


Vidéo: Nancy Pelosi a quitté Taïwan (Dailymotion)

Relire la vidéo

« Discutable » pour Faure, mais…

Toujours au sein de l’alliance de gauche Nupes qui unit LFI, le PS, EELV et le PCF, le député et patron du PS Olivier Faure a tenu un discours plus nuancé sur Twitter, en estimant que « l’opportunité de la visite de Nancy Pelosi à Taïwan est discutable, la volonté des Taïwanais de vivre en démocratie ne l’est pas ».

L’eurodéputé écologiste Yannick Jadot, lui, a carrément fustigé l’attitude de Pékin : « le nationalisme chinois est un outil de propagande pour justifier la barbarie », a-t-il écrit sur Twitter, assurant qu’une « “seule Chine”, c’est d’abord “une seule dictature” ».

Dans un communiqué, les Verts ont condamné « l’hostilité chinoise vis-à-vis de Taïwan » et déploré que la visite de Nancy Pelosi ait « servi d’alibi au régime chinois pour une nouvelle escalade ». « Un pays démocrate c’est forcément une provocation pour une dictature », a renchéri leur chef Julien Bayou.

Pelosi visée par des sanctions de la Chine

Pékin a répondu jeudi à la visite de Nancy Pelosi en lançant les plus importantes manœuvres militaires de son histoire autour de Taïwan, avec une série de missiles qui ont survolé l’île avant de tomber pour la première fois dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon, et 22 avions de combat chinois qui sont brièvement entrés dans la zone de défense aérienne taïwanaise selon le ministre de la Défense taïwanais.

Dis Oncle Obs... Pourquoi la Troisième Guerre mondiale peut-elle commencer à Taïwan ?

Vendredi, Pékin a annoncé « imposer des sanctions »à Nancy Pelosi, qui s’est « gravement ingérée dans les affaires intérieures de la Chine », ainsi qu’à sa « famille proche », et mettre fin à la coopération avec les États-Unis sur de multiples dossiers.

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon