Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'Azerbaïdjan commémore le massacre de Khodjaly, trois mois après la victoire contre l’Arménie

logo de France 24France 24 27/02/2021 Ludovic DE FOUCAUD
Commémorations à Bakou (Azerbaïdjan) à l'occasion du 29e anniversaire du massacre de Khodjaly, le 26 février 2021. © France 24 Commémorations à Bakou (Azerbaïdjan) à l'occasion du 29e anniversaire du massacre de Khodjaly, le 26 février 2021.

L'Azerbaïdjan a marqué vendredi le 29e anniversaire du massacre de Khodjaly, perpétré par les forces arméniennes lors de la première guerre du Haut-Karabakh, au début des années 1990. Un événement au sens particulier pour le pays, quelques mois après une nouvelle guerre contre son voisin ennemi. Reportage de nos envoyés spéciaux Ludovic de Foucaud et Hussein Assad, invités à Bakou par le gouvernement azerbaïdjanais.

L'Azerbaïdjan commémore le massacre de Khodjaly, trois mois après la victoire contre l’Arménie
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

En Azerbaïdjan, le 26 février marque l'anniversaire du massacre de Khodjaly. Il y a 29 ans, pendant la première guerre du Haut-Karabakh, les troupes arméniennes s'étaient livrées à une tuerie de masse contre des Azerbaïdjanais.

Cette année, les commémorations ont pris un sens particulier, trois mois après la victoire de l'Azerbaïdjan dans cette région disputée contre son voisin arménien, secoué depuis par une crise politique.

Le 26 février 1992, 613 personnes civiles, dont 106 femmes et 83 enfants, ont péri lors du massacre de Khodjaly, selon le bilan officiel des autorités azerbaïdjanaises.

L'Arménie assure de son côté qu'elle avait prévenu les autorités azerbaïdjanaises de l'imminence d'une attaque et certains accusent même les responsables azerbaïdjanais de l'époque d'avoir participé aux tueries pour des raisons politiques.

Bakou dénonce un "génocide"

Le pouvoir azerbaïdjanais tente depuis des années de faire reconnaître le massacre de Khodjaly comme un génocide, même si les Nations unies refusent de retenir cette qualification.

Occupé à célébrer la mémoire de ses martyrs, Bakou garde toutefois un œil sur l'évolution de la situation politique en Arménie, où le Premier ministre Nikol Pachinian fait face à une vague de contestation depuis la défaite militaire dans le Haut-Karabakh.

Interrogé à ce propos, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, a déclaré que si l'Arménie ne respectait pas l'accord conclu dans le Haut-Karabakh, alors le pays se retrouverait dans une situation encore plus difficile.

Publicité
Publicité

Plus de France 24

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon