Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le Qatar dit avoir prié les taliban de respecter les droits des femmes

logo de Reuters Reuters 13/09/2021

AFGHANISTAN-CONFLIT-QATAR-FRANCE:Le Qatar dit avoir prié les taliban de respecter les droits des femmes

LE QATAR DIT AVOIR PRIÉ LES TALIBAN DE RESPECTER LES DROITS DES FEMMES © Reuters/Mohamed Azakir LE QATAR DIT AVOIR PRIÉ LES TALIBAN DE RESPECTER LES DROITS DES FEMMES

DUBAI/GENEVE (Reuters) - Le Qatar a exhorté les taliban au pouvoir en Afghanistan à respecter les droits des femmes et juge prématuré une reconnaissance du nouveau gouvernement, a déclaré lundi le ministre des Affaires étrangères de l'émirat du Golfe.

S'exprimant dans la capitale qatarie à l'occasion d'une conférence de presse conjointe avec son homologue français Jean-Yves Le Drian, cheikh Mohammed ben Abdoulrahman al Thani a dit avoir invité à plusieurs reprises le mouvement islamiste à accorder une place aux femmes.

"Nous l'avons toujours dit aux taliban et au gouvernement, nous avons réitéré cela hier, que les acquis du peuple afghan doivent être protégés, y compris les droits des femmes et leur rôle dans le développement de l'Afghanistan", a-t-il dit.

Sous le gouvernement taliban précédent, de 1996 à 2001, les droits des femmes ont été sévèrement restreints, avec notamment une interdiction à l'éducation et au travail.

Le Qatar, une monarchie absolue où les partis politiques sont interdits, fait lui-même l'objet de vives critiques des ONG comme Human Rights Watch pour la place accordée aux femmes dans la société. Si elles jouissent d'une liberté relative dans l'émirat du Golfe, elles restent soumises à un système de tutelle qui les empêche de prendre par elles-mêmes des décisions sur des droits fondamentaux comme le mariage, les déplacements à l'étranger ou encore l'accès à la contraception.

Ce n'est que l'an dernier que le Qatar a autorisé les femmes à passer le permis de conduire sans l'accord préalable de leurs époux.

DES DIZAINES DE FRANÇAIS TOUJOURS EN AFGHANISTAN


Vidéo: Afghanistan: l'Iran condamne «fermement» l'assaut des talibans au Panchir (Le Figaro)

Afghanistan: l'Iran condamne «fermement» l'assaut des talibans au Panchir
Vidéos suggérées
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Jean-Yves Le Drian a déclaré pour sa part que des dizaines de ressortissants français étaient toujours en Afghanistan et que Paris travaillait sur ce dossier avec le Qatar pour les évacuer.

Le chef de la diplomatie qatarie s'est rendu dimanche à Kaboul et s'est entretenu avec le Premier ministre nommé par les taliban, le mollah Hassan Akhund, et d'autres responsables du gouvernement.

Il a dit que les taliban lui avaient assuré qu'ils souhaitaient s'engager vis-à-vis de la communauté internationale et que les ambassades fermées après la prise du pouvoir du mouvement islamites rouvriraient.

Jean-Yves Le Drian et cheikh Mohammed ben Abdoulrahman al Thani ont souligné que la communauté internationale observait les taliban et était impatiente qu'ils respectent leurs engagements. Les deux ministres ont ajouté qu'il était prématuré d'évoquer la question de la reconnaissance du nouveau gouvernement afghan.

"Nous pensons que continuer d'insister sur la question de la reconnaissance (du gouvernement taliban) en ce moment ne sera utile pour personne. Ce que nous pensons qui pourrait être utile et plus constructif, c'est de s'engager avec eux pour s'assurer que les engagements qu'ils ont pris seront mis en oeuvre", a déclaré le chef de la diplomatie du Qatar.

Le Qatar est considéré comme l'un des pays ayant le plus d'influence sur les taliban, qui ont pris le contrôle de l'Afghanistan le mois dernier alors que les troupes américaines se préparaient à se retirer du pays 20 ans après leur arrivée.

Doha a également joué un rôle central dans le pont aérien mis en place par les Etats-Unis pour évacuer ses citoyens, ainsi que d'autres ressortissants occidentaux et des Afghans.

A Genève, le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a estimé que l'Afghanistan traversait une "nouvelle phase périlleuse" pour de nombreuses femmes et membres de communauté ethniques ou religieuses très inquiets pour leurs droits.

"Contrairement aux assurances des taliban déclarant qu'ils respecteraient les droits des femmes, les femmes ont progressivement été exclues de la sphère publique au cours des trois dernières semaines", a-t-elle déploré.

(Reportage Aziz El Yaakoubi et Alexander Cornwell, avec Emma Farge à Genève; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Reuters

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon