Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les routes de l'impossible - Venezuela (France 5) : qui est le frère Nelson, décédé du Covid, à qui ce documentaire est dédié ?

logo de Télé Loisirs Télé Loisirs 05/08/2022 Magali Hamard
Les routes de l'impossible - Venezuela (France 5) : qui est le frère Nelson, décédé du Covid, à qui ce documentaire est dédié ? © Tony Comiti Les routes de l'impossible - Venezuela (France 5) : qui est le frère Nelson, décédé du Covid, à qui ce documentaire est dédié ?

Ce vendredi 5 août, à 21h, sur France 5, l'émission Les Routes de l'impossible explore le Vénézuela, pays en perdition. Dans un contexte économique difficile, le frère Nelson, emporté depuis par la Covid-19, vient en aide aux Indiens Bari.

Grâce à l'exploitation du pétrole, le Vénézuela était l'un des pays les plus riches de l'Amérique du Sud. Mais désormais l'or noir, sa principale source de revenu, est devenu une malédiction. La mauvaise gestion des régimes successifs, les sanctions américaines, la chute des cours en 2013, ont eu raison de toute une industrie. C'est ce qu'on apprend dans ce nouvel épisode de Les Routes de l'impossible, diffusé ce vendredi 5 août, à 21h, sur France 5. Ce naufrage est à l'image de la catastrophe écologique que subit le lac Maracaibo, méconnaissable. Les fuites des puits de pétrole du site, qui ne sont plus exploités ni entretenus, provoquent une marée noire irréversible. Des hommes assez remarquables tentent de faire face au marasme ambiant : José qui survit avec sa famille près du lac ou Chucho, un épicier qui tente de maintenir son entreprise à flot en livrant, à ses risques et périls, sa précieuse cargaison de fromages.

Les routes de l'impossible : un prêtre hors du commun

Il y a aussi le frère Nelson (photo) qui consacre sa vie à la prière mais pas seulement. "Depuis que je suis tout petit, je veux être missionnaire" explique-t-il " Mais après l'adolescence, je suis tombé amoureux. Mais quand cette relation a pris fin, je suis entré dans les ordres". Depuis la crise du pétrole, il est constamment sur les routes pour venir en aide aux plus démunis, dans les villages les plus reculés. Le moine capucin s'est donné pour mission de ravitailler en nourriture 1500 Indiens Bari qui peinent à survivre de la pêche, de la culture du manioc, des bananes plantains et du maïs. Cela nécessite un trajet compliqué, dans les montagnes et sur des chemins cabossés. Il faut voir le moine, à l'air jovial, en train de louer les talents de son chauffeur lorsqu'ils traversent une rivière sans dommage.

Les routes de l'impossible : un éprouvant trajet de neuf heures en montagne

Le voyage se poursuit à dos de mule, une épreuve pour le moine et la bête. Le frère Nelson va jusqu'au bout de ses forces en tentant de suivre le rythme de ses compagnons lors d'une marche interminable. Une fois arrivé au village, après 50 kilomètres et 9 heures de trajet, l'homme d'église se souvient : "Le territoire des Bari était très étendu et aussi très convoité. Pour s'accaparer leurs terres, des grands exploitants n'hésitaient pas à mettre le feu aux habitations des indigènes et à leur tirer dessus. Dans les années 1950, on offrait 1,50 dollar à celui qui ramenait une oreille d'un indien Bari. La présence des missionnaires a permis d'arrêter ce massacre et de sauver les Baris de l'extermination". Les missionnaires, qui autrefois étaient accueillis par les flèches des indiens, ont construit une église et une école. Avec son équipe, Frère Nelson va donc distribuer sa cargaison et ausculter les enfants atteints de malnutrition. Le but désormais est de construire une route pour désenclaver le village. Frère Nelson ne verra pas ce projet se réaliser car il a malheureusement été emporté par la Covid-19. En guise d'hommage, le documentaire lui est naturellement dédié.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Tele Loisirs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon