Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les vaccins approchent, l'Irlande se déconfine... Le point sur la pandémie

logo de L'Express L'Express 01/12/2020 lexpress.fr

L'Irlande avait été, le 22 octobre, le premier pays d'Europe à instaurer un second confinement national face à la nouvelle vague de la maladie Covid-19.

L'Irlande sort mardi de son deuxième confinement avec la réouverture des magasins non essentiels. © NurPhoto via AFP L'Irlande sort mardi de son deuxième confinement avec la réouverture des magasins non essentiels.

La valse des déconfinements et des durcissements se poursuit dans le monde. Alors que l'Irlande sort mardi de son deuxième confinement, la Turquie a annoncé un renforcement des mesures déjà en place dans le pays pour limiter la propagation de l'épidémie. Enfin, la course aux vaccins fait rage entre Moderna et Pfizer/BioNTech qui ont respectivement déposé une demande d'autorisation auprès de l'Union européenne et auprès de l'Agence américaine du médicament.

Pfizer/BioNTech et Moderna déposent une demande d'autorisation pour leurs vaccins

L'alliance Pfizer/BioNTech a annoncé ce mardi avoir déposé la demande d'autorisation conditionnelle de son vaccin contre le Covid-19 dans l'UE auprès de l'Agence européenne du médicament (EMA), disant espérer sa distribution d'ici la fin du mois. La demande du laboratoire sera examinée d'ici le 29 décembre, a fait savoir le régulateur européen.

LIRE AUSSI >> Vaccin Pfizer/BionTech : un premier espoir pour les personnes âgées

La "demande formelle" auprès de l'EMA a été déposée lundi, ont indiqué dans un communiqué les laboratoires allemand BioNTech et américain Pfizer, après que les résultats des tests à grande échelle ont montré une efficacité à 95% de leur vaccin. "Si l'EMA conclut que les avantages du candidat vaccin l'emportent sur ses risques de protection contre le Covid-19, elle recommandera l'octroi d'une CMA (mise sur la marche conditionnelle) qui pourrait potentiellement permettre l'utilisation du BNT162b2 en Europe avant la fin de 2020", précise le communiqué.

Le laboratoire américain Moderna avait lui déposé la veille une demande d'autorisation de son vaccin contre le Covid-19 aux Etats-Unis, faisant espérer de premières vaccinations possibles dès le mois de décembre face à une pandémie toujours en pleine expansion.

LIRE AUSSI >> Vaccins anti-Covid : qui est Stéphane Bancel, le "Frenchie" qui dirige Moderna ?

Une demande d'utilisation conditionnelle devait aussi être déposée en Europe, où un contesté "hôpital des pandémies", sorti de terre en quelques mois et voué à accueillir jusqu'à 1000 malades, ouvre ce mardi à Madrid. Deux semaines après avoir annoncé une efficacité de 94,5% sur la base de résultats préliminaires, Moderna a annoncé que des résultats complets avaient confirmé une efficacité estimée à 94,1%, et qu'il allait donc déposer des demandes d'autorisations conditionnelles de son vaccin.


Vidéo: Emmanuel Macron : « Je ne rendrai pas la vaccination obligatoire » (Dailymotion)

Relire la vidéo

L'Irlande sort de son confinement

L'Irlande sort ce mardi de son deuxième confinement avec la réouverture des magasins non essentiels, coiffeurs et salles de sports, après six semaines de strictes restrictions instaurées pour lutter contre l'épidémie de nouveau coronavirus.

Les musées, galeries, bibliothèques, cinémas et lieux de culte sont aussi autorisés à rouvrir ce mardi, tandis qu'il est désormais recommandé de porter un masque dans les rues et lieux de travail très fréquentés, ainsi que dans les lieux de culte. Les restaurants et pubs qui servent à manger pourront eux accueillir de nouveau des clients à partir de vendredi, mais pas installer à la même table des personnes issues de foyers différents, qui ont toujours interdiction de se mélanger.

La Turquie renforce les restrictions

La Turquie, confrontée à une flambée de cas de Covid-19, va elle renforcer les restrictions en place depuis dix jours avec l'introduction d'un couvre-feu total pendant le week-end et partiel en semaine, a annoncé lundi le président Recep Tayyip Erdogan. Le couvre-feu pendant les jours de la semaine sera en vigueur à partir de mardi entre 21 heures et 5 heures alors que celui du week-end commencera à 21 heures vendredi et sera levé à 5 heures lundi, a précisé Recep Tayyip Erdogan dans un discours.

La Turquie avait déjà mis en oeuvre le 21 novembre une série de mesures avec notamment un couvre-feu partiel durant le week-end, une interdiction d'accueillir les clients dans les restaurants et cafés et la fermeture de la plupart des commerces à 22 heures. Mais ces mesures se sont avérées largement inefficaces avec une explosion ces derniers jours des cas enregistrés quotidiennement (autour de 30 000) alors que le bilan des morts ne cesse aussi de monter avec 188 nouveaux décès annoncés lundi.

Cri d'alarme de l'OMS sur la situation au Brésil et au Mexique

Le patron de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé lundi un cri d'alarme sur la situation au Brésil et au Mexique en proie à une progression rapide du Covid-19, appelant les autorités des deux pays à prendre la situation "très au sérieux".

LIRE AUSSI >> Covid-19 : pourquoi le Mexique et le Brésil inquiètent particulièrement l'OMS

"Je pense que le Brésil doit prendre cela très, très sérieusement. C'est très, très inquiétant", a mis en garde Tedros Adhanom Ghebreyesus, face à l'évolution de la pandémie dans un pays dont le président, Jair Bolsonaro, nie la gravité de la maladie et a fait savoir la semaine dernière qu'il ne se ferait pas vacciner. Lors de sa conférence de presse bi-hebdomadaire à Genève, il a lancé le même appel au Mexique qui, a-t-il souligné, est "en mauvaise posture".

Les besoins humanitaires à un record de 35 milliards de dollars en 2021

L'ONU a lancé ce mardi un appel humanitaire record de 35 milliards de dollars (29 milliards d'euros) pour 2021, la pandémie ayant plongé des centaines de millions de personnes dans la pauvreté et des famines se profilant.

Avec le choc de la pandémie de Covid-19, le nombre des personnes ayant besoin d'aide humanitaire dans le monde va atteindre un nouveau record : 235 millions, une augmentation de 40% en un an, selon les plans de réponse humanitaire coordonnés par l'ONU.

Publicité
Publicité

PLUS D'INFO: L'EXPRESS

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon