Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Liban : un bâtiment du Hezbollah touché par une violente explosion

logo de Le Point Le Point 22/09/2020 Source AFP
© Fournis par Le Point

Une dizaine de jours après l'incendie du port de Beyrouth, une puissante explosion a secoué, mardi 22 septembre, un bâtiment du Hezbollah aux abords d'un village du sud du Liban, provoquant d'épaisses volutes de fumée noire, ont indiqué à l'Agence France-Presse des sources concordantes.

Un habitant du village d'Aïn Qana a évoqué une maison faisant office de « centre du Hezbollah », précisant que des membres du mouvement chiite armé ont bouclé le secteur. « Tout le village a été secoué », a-t-il dit, rapportant des dommages matériels dans le périmètre de l'explosion. Un photographe de l'AFP a également évoqué un cordon sécuritaire érigé par les membres du Hezbollah.

Un « accident » ou une « coïncidence avec le survol de l'aviation ennemie » ?

Selon les « informations préliminaires » de source militaire, il s'agit d'un « site du Hezbollah » où « se trouvaient des munitions ». Une source proche du parti pro-iranien a évoqué un « accident » et indiqué à l'Agence France-Presse qu'il s'agissait bien « d'un site du Hezbollah », mais « pas d'un entrepôt » d'armes du parti. Au contraire, pour l'Agence nationale d'information (ANI), l'explosion, « aux causes inconnues, a coïncidé avec le survol de l'aviation ennemie, qui depuis ce matin n'a pas quitté le ciel » de la région où se trouve Aïn Qana, en allusion à Israël.

Des médias locaux relatant une version « non officielle du Hezbollah » ont évoqué la présence sur le site de mines et obus datant de la guerre entre Israël et le Hezbollah en 2006, récupérés par des ONG dans les champs voisins en vue de les neutraliser.

Lire aussi Le Liban et le combat contre l'« esclavage contemporain »

Le Hezbollah n'a pas encore officiellement commenté l'incident tandis qu'un porte-parole de l'armée israélienne a affirmé à l'Agence France-Presse « ne pas commenter les informations de médias étrangers ».

Dans le sud du Liban, bastion du Hezbollah, des affrontements limités ont opposé ces derniers mois le mouvement chiite au voisin israélien à la frontière. Poids lourd de la vie politique, représenté au gouvernement et au Parlement libanais, le Hezbollah est militairement engagé aux côtés du régime de Bachar el-Assad dans le conflit en Syrie, où il est régulièrement la cible de frappes israéliennes.

Publicité
Publicité

Plus de Le Point

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon