Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Liban : "une nouvelle vague de Covid-19 serait catastrophique"

logo de Euronews Euronews 24/07/2021

Coupures de courant, pénurie de fioul, manque de médicaments, les responsables des hôpitaux alertent sur la vulnérabilité de leurs établissements face à la pandémie View on euronews

© Hassan Ammar/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

Les hôpitaux au Liban redoutent de ne pas pouvoir affronter une nouvelle vague de Covid-19.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Manque de personnel, de médicaments et surtout d'électricité : "un nouveau pic de contaminations serait catastrophique" a averti le directeur du plus grand hôpital public du pays, Firass Abiad.

Selon lui, les établissements sont moins équipés et moins préparés que lors de la précédente vague. Face aux coupures de courant, les hôpitaux ont tous recours à des générateurs privés

"Le principal danger pour l'hôpital, ce sont les générateurs, avec l'énorme pression qui pèse sur eux, ils pourraient cesser de fonctionner. Nous devons également faire face à un énorme problème d'approvisionnement en fioul. Le fioul est difficile à trou ver au Liban en ce moment, et il est très cher", explique le directeur de l'hôpital public Rafif Hariri de Beyrouth.

A court de devises étrangères, le pays peine à importer suffisamment de fioul pour faire fonctionner ses centrales électriques. Les prix du mazout ont quasiment doublé en un peu plus d'un mois. Alors que la situation dans les hôpitaux se dégrade, les cas de contaminations sont de nouveau en hausse sur fond de relâchement général et d'un afflux de Libanais de la diaspora.

Dans le même temps, la livre libanaise poursuit sa dégringolade et le pays manque de tout. La France a fait parvenir une aide d'urgence au pays par bateau. "Il transporte à la fois du fret, des anesthésiants, des équipements médicaux, des respirateurs, des masques pour des institutions de santé et pour les forces de sécurité du pays", précise l'ambassadrice française au Liban, Anne Grillo.

Le chaos est accentué par l'inertie des pouvoirs publics. Le Liban est sans gouvernement depuis maintenant presque un an.

Publicité
Publicité

Plus de Euronews

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon