Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Marilou Berry : "Coline n’est pas folle ! On exige des expertises psychiatriques ? Qu’elles aient lieu"

logo de Paris Match Paris Match 28/02/2021 Paloma Clément Picos

Marilou Berry, la cousine de Coline, a décidé de prendre fait au cause pour la fille de l'acteur. Elle nous explique pourquoi.

© DR

Paris Match. Pourquoi soutenez-vous votre cousine Coline Berry ?

Marilou Berry. Je suis active dans les associations. Je défends les droits des femmes. Qu’est-ce que ça voudrait dire d’aller place de la République crier “Je te crois” si je ne l’applique pas chez moi ? Je ne peux pas me mobiliser, soutenir des gens que je ne connais pas, et ne pas soutenir ma cousine.

Lire aussi:"Ce n’est pas Richard Berry que l’on bafoue, c’est la justice", par Yann Moix

Vous l’avez toujours crue ?

C’est un tel parcours du combattant de porter plainte ! Pourquoi mentirait-elle ? Ma cousine a toujours été malheureuse, alors qu’elle avait tout pour ne pas l’être. C’est une fille brillante, la seule de la famille à avoir suivi des études. Nous étions en admiration devant elle. Elle a eu un master en philosophie, son professeur cite sa thèse en exemple. Coline n’est pas folle ! On exige des expertises psychiatriques ? Qu’elles aient lieu.

Pourquoi agir publiquement ?

Je n’ai pas le choix, le combat est trop inégal. La personne qui a décidé de mener cette guerre sur ce terrain-là est le principal accusé – et présumé innocent –, Richard Berry. Pas ma cousine. C’est lui qui a divisé la famille ces dix dernières années ; nous sommes explosés, dissous. Il est responsable de ce chaos.

Vous sentez-vous prête à parler ?

Je le suis depuis sept ans. Depuis que Coline nous a informés de ce qui s’était passé.

Coline a été mise au ban. Mon père et moi étions les seuls à la soutenir

""

Comment vous a-t-elle rapporté les événements ?

Quand Coline a écrit une lettre à son père où elle l’accuse de gestes incestueux, Richard, plutôt que de l’appeler, a décidé d’en parler à toute la famille. Ce que mon père a répété. J’ai ressenti un premier choc, celui de comprendre que ce genre de choses nous concernait. Puis j’ai voulu me faire une opinion. Coline m’a tout raconté. J’ai parlé à Richard au cours d’une réunion familiale. Il était très en colère, très remonté. Il m’a répondu que Coline était folle, que le comportement de “cette femme” était honteux. Or “cette femme” était sa fille, et si tout était faux, comme il le soutenait, pourquoi n’allait-il pas la confronter ? C’est lui qui a pris la décision d’en parler à la famille alors que Coline ne s’était adressée qu’à lui. On s’est disputés. Nous ne nous sommes plus revus. Et Coline a été mise au ban. Mon père et moi étions les seuls à la soutenir. Puis je suis allée voir ma grand-mère. Pour mes grands-parents, même si les accusations de Coline étaient vraies, “elle n’en est pas morte, il faut mettre un mouchoir dessus et ne plus en parler”. J’ai expliqué à ma grand-mère que je ne pouvais plus venir prendre le thé avec elle et nous nous sommes fâchées. J’ai aussi appelé Catherine Hiegel, la mère de Coline, que j’aime énormément. Je lui ai demandé pourquoi elle n’avait pas porté plainte.

"

La famille a explosé. Tout le monde est mort fâché. J’aurais aimé qu’on se réconcilie, ce que Coline demandait

"

Qu’a-t-elle répondu ?

Qu’elle avait peur de Richard. Il faut remettre les événements dans leur contexte. C’était il y a quarante ans. Quelle femme allait porter plainte contre la star Richard Berry ? Catherine était une mère célibataire. Il ne faut pas oublier que Richard la frappait, même quand elle était enceinte. Elle a perdu son tympan, eu des points de suture… On ne parle pas d’une gifle. Catherine est aujourd’hui au côté de sa fille, elle n’a plus peur de lui, c’est ce qui importe.

Pourquoi Coline n’a-t-elle pas porté plainte plus tôt ?

Elle seule peut répondre à cette question.

Quels étaient vos rapports avec votre oncle ?

Je me suis toujours très bien entendue avec Richard. J’ai été stagiaire régie sur un de ses tournages. J’ai loué un de ses appartements dans son immeuble. Petite, il était mon tonton adoré. Depuis sept ans, je ne l’ai plus vu, ni mes grands-parents. Nous nous sommes juste retrouvés à l’hôpital avant le décès de ma grand-mère. Je me suis de nouveau engueulée avec Richard, toujours au sujet de Coline. Mon père aussi. Puis mon grand-père et mon père sont décédés. Et la famille a explosé. Tout le monde est mort fâché. J’aurais aimé qu’on se réconcilie, ce que Coline demandait.

"

Depuis sept ans mon oncle déploie une incroyable énergie pour faire passer Coline pour une cinglée

"

Comment va Coline ?

Je prends sans cesse de ses nouvelles. Et, à chaque fois, elle me répond : “Ça va mieux qu’avant.” Car ça ne peut pas être pire.

Avez-vous vu des gestes déplacés ?

Je n’étais pas derrière la porte, je ne peux pas savoir. Seule ma cousine peut raconter ses souvenirs. La seule chose dont je peux témoigner, c‘est que depuis sept ans mon oncle déploie une incroyable énergie pour faire passer Coline pour une cinglée. Mes grands-parents ne voulaient plus la voir alors qu’ils étaient extrêmement proches. Il l’a coupée de tout le monde. Chez nous, il fallait choisir son camp. Je peux aussi attester que le témoignage de Coline n’a pas varié d’une virgule. J’insiste. Ma cousine n’a ni ajouté ni modifié son témoignage. Tous les mots sont les mêmes. Depuis sept ans.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Parismatch

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon