Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Somalie: le nouveau président Mohamoud, une "colombe" qui prône la réconciliation

logo de AFP AFP 16/05/2022 AFP
Le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud à Munich (Allemagne), le 14 février 2016 © THOMAS KIENZLE Le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud à Munich (Allemagne), le 14 février 2016

Le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud, revenu au pouvoir dimanche, est un ancien universitaire et militant pour la paix, dont le premier mandat a été entaché d'accusations de corruption et marqué par des luttes intestines.

Né en 1955, Hassan Cheikh Mohamoud est le premier chef d'Etat somalien à être réélu pour un deuxième mandat, en promettant de transformer cet Etat instable, secoué par une longue crise politique, en "pays pacifique, en paix avec le monde".

Virulent critique du chef de l'Etat sortant Mohamed Abdullahi Mohamed, dit Farmajo, il a adopté dès son investiture un ton plus consensuel, saluant notamment la transition pacifique avec son prédécesseur.

"Il est louable que le président soit ici à mes côtés. Nous devons avancer et jamais reculer, nous devons panser les plaies", a déclaré dans un discours celui qui fut déjà président entre 2012 et 2017.

Il avait joué un rôle crucial dans le déclenchement des violentes manifestations d'avril 2021 à Mogadiscio quand Farmajo cherchait à prolonger son mandat, arrivé à échéance en février sans accord avec les dirigeants régionaux sur l'organisation de nouvelles élections.

Il lui incombera de réparer les dégâts nés de longs mois de chaos politique et de luttes de pouvoir au sein des institutions.

"C'est un homme qui consulte, qui essaie d'inclure (...). Ce n'est pas le (système du) +gagnant rafle tout+ avec lui", souligne Samira Gaid, directrice exécutive de l'Institut Hiraal basé à Mogadiscio, qui le définit également comme "un technocrate" doté d'une solide capacité d'analyse.

Il a plusieurs défis de taille face à lui, dans un pays en proie à une sécheresse historique, qui pourrait provoquer une famine, et à l'insurrection des islamistes radicaux shebab. Ces derniers avaient tenté de l'assassiner lors de son premier mandat.

- Accusations et démissions - 

Né en 1955 à Jalalaqsi, dans la région centrale de Hiran, Hassan Cheikh Mohamoud est issu du puissant clan des Hawiye, majoritaire dans la capitale Mogadiscio.

Le nouveau président a été formé à l'Université nationale somalienne avant la chute du dictateur Siad Barre en 1991, qui a plongé le pays dans le chaos. Il détient aussi un master d'éducation technique de l'université de Bhopal, en Inde.

A son C.V. figurent des collaborations avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), avec lequel il a travaillé dans son pays dans les premières années de l'effondrement de l'Etat.

Il a également cofondé l'Institut somalien de management et de développement administratif (SIMAD) en 1999.

Il est entré en politique en 2011, année où il a fondé le Parti paix et développement, avec l'objectif affiché de "construire une société libérée des démons du clanisme, de la peur et des conflits internes".

A l'époque, personne ne pariait sur ses chances d'accéder à la présidence. Sa victoire un an plus tard avait suscité l'espoir que ce pays de la Corne de l'Afrique renoue avec la stabilité. 

Son gouvernement avait été le premier à bénéficier d'une reconnaissance mondiale et de milliards de dollars d'aide internationale depuis 1991.

Mais il a largement déçu ses partisans qui ont dénoncé, comme avec les précédentes administrations, corruption et luttes intestines.

De longs conflits l'ont notamment opposé à deux des trois Premier ministres qu'il avait nommés, finalement débarqués.

Deux gouverneurs de la banque centrale avaient aussi quitté leurs fonctions à la suite d'allégations de corruption au sein de son administration, accusations qu'il a rejetées.

Durant sa campagne, il s'est employé à rassurer sur ces points noirs de son mandat, assurant qu'"il avait mûri et qu'il comprend mieux, qu'il sait qui autour de lui posait problème", indique Samira Gaid.

nur-sva-amu/md/emd

Publicité
Publicité

Plus d'infos : AFP

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon