Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Ursula K. Le Guin dans le vent

logo de Liberation Liberation 12/10/2021 Frédérique Roussel
L'Américaine Ursula K. Le Guin, ici en 2008, est morte en 2018, à 88 ans. © Benjamin Reed L'Américaine Ursula K. Le Guin, ici en 2008, est morte en 2018, à 88 ans.

Depuis quelques années, Ursula K. Le Guin fait beaucoup parler d’elle. Davantage encore depuis sa mort à 88 ans, le 22 janvier 2018. «Sa disparition a déclenché beaucoup de projets éditoriaux», dit David Meulemans, docteur en philosophie fondateur des éditions Aux Forges de Vulcain, directeur d’Ursula K. Le Guin, De l’autre côté des mots (1), qui explore l’œuvre de l’autrice américaine de science-fiction à travers des interviews et des essais.

«Remarquable par sa multiplicité»

Robert Laffont et Le Livre de poche se sont engagés dans un programme de republication avec des traductions révisées pour remettre en lumière une plume magnifique (2). ActuSF, qui publie cette monographie après un crowfunding triomphal, prévoit de sortir en janvier prochain Unlocking the air, des nouvelles inédites, un livre dirigé par Bernard Henniger. De leur côté, Les Forges de Vulcain ont en route un recueil de poésie pour 2023.

Touche-à-tout de grand talent, Ursula K. Le Guin a fait le grand écart avec les genres, c’est sans doute ce qui explique la dissémination de ses textes chez des éditeurs différents. «L’œuvre complète de Le Guin est remarquable par sa multiplicité, allant de la hard science la plus spéculative à la fantasy la plus rêveuse», écrit Catherine Dufour dans sa préface à la réédition de la Main gauche de la nuit, qu’Ailleurs et demain publia en 1971, deux ans après les Etats-Unis. «A l’époque, ce n’était pas évident d’imaginer la société qu’elle mettait en scène. Ce roman entrait en résonance avec toute notre génération post-68 avide de nouveaux possibles», explique Stéphanie Nicot dans un des entretiens de la monographie dirigée par David Meulemans, qui rend compte de cette diversité, avec plus d’une trentaine de contributions : sur l’anarchiste et taoïste les Dépossédés au bel univers de Terremer adapté à l’écran par Goro Miyazaki, en passant par la poésie et la réécriture de l’Enéide (Lavinia, à l’Atalante).

«Dimension transgressive»

Reconnue depuis les années 90 comme une autrice majeure aux Etats-Unis où elle a reçu un National Book Award pour son œuvre en 2014 (son nom a circulé longtemps dans les pronostics pour le Nobel de littérature), Ursula K. Le Guin a encore beaucoup de choses à nous dire. «Ses textes font écho avec notre temps au point qu’on a l’impression qu’ils ont été écrits il y a quelques mois, poursuit David Meulemans. Il y a une dimension écologique, féministe, transgressive chez elle.» Car si ses chefs-d’œuvre du Cycle de l’Ekumen comme la Main Gauche de la Nuit, les Dépossédés ou le Nom du monde est Forêt ont pour cadre l’espace dans des planètes lointaines avec des sociétés utopistes, elle y fait fructifier des thématiques ethnologiques, féministes, politiques, anarchistes, psychologiques.

Dans la Main gauche de la nuit, les habitants de la planète Nivose sont asexués la majeure partie du temps, jusqu’à ce qu’une poussée hormonale mensuelle leur fasse prendre aléatoirement l’un ou l’autre sexe. «Elle y fait des propositions audacieuses, qui permettent de revoir le déterminisme genré et la régulation normée des rapports sociaux, soulignaient dans un entretien à Libération Valérie Stiénon et Magali Nachtergael, maîtresses de conférences en littérature française à l’université Paris-XIII, Le “kemma” fait par exemple de la sexualité une expérience, vécue par tout un chacun de manière cyclique, plutôt qu’une condition naturelle subie socialement et plus ou moins acceptée.»

(1) Ursula K. Le Guin, De l’autre côté des mots, dirigé par David Meulemans, ActuSF «3Souhaits», 426 pp., 30 €.(2) Ursula K. Le Guin, La Main gauche de la nuit, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Bailhache, préface de Catherine Dufour, postface de Stéphanie Nicot, traduction révisée par Sébastien Guillot, Robert Laffont «Ailleurs et demain», 312 pp., 22,90 € (ebook : 9,99 €).
Publicité
Publicité

Plus d'info : Liberation.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon