Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Washington a perdu la trace de 715 millions de dollars d'armes en Syrie

logo de Le Figaro Le Figaro 20/02/2020 www.lefigaro.fr
Un convoi américain au sortir de la ville syrienne de Qamishli. © DELIL SOULEIMAN / AFP Un convoi américain au sortir de la ville syrienne de Qamishli.

Un rapport du département de la Défense estime que des milliers d'armes fournies par les États-Unis à leurs alliés sont «vulnérables à la perte ou au vol».

Il faut espérer qu'elles ne tombent pas - ou ne soient pas déjà - tombées entre de mauvaises mains. Le Pentagone a publié mardi 18 février les résultats d'un audit accablant qui révèle que le gouvernement américain n'avait pas «rendu compte», d'un point de vue comptable, de 715,8 millions de dollars d'armes allouées à leurs partenaires en Syrie dans le cadre de la lutte contre Daech.

«Sans registres de compte précis (...), le personnel (...) pourrait avoir commandé du matériel (...) déjà en stock, ce qui risque de représenter des dépenses inutiles (...) et de surcharger l'entrepôt [situé] au Koweït», peut-on lire dans le rapport de l'Inspecteur général du Département de la Défense. L'argent en question alimentait le Fonds de formation et d'équipement contre l'État islamique d'Irak et de Syrie (CTEF) pour l'exercice 2017-2018. Le ministère a demandé 173 millions de dollars pour couvrir l'équipement des alliés syriens pour l'exercice 2020.

En Syrie, les États-Unis sont intervenus directement contre les djihadistes de l'État islamique, mais ont aussi parrainé depuis 2015 des combattants locaux, principalement kurdes, au sein d'une coalition baptisée «Forces démocratiques syriennes» (FDS). Précédemment, Washington avait également aidé et équipé certains groupes rebelles en conflit depuis 2011 avec le régime syrien, qui a aujourd'hui repris l'essentiel du contrôle du pays. Pour équiper leurs 60.000 ou 70.000 hommes présents au Moyen-Orient, ainsi que leurs alliés sur place, les États-Unis disposent de nombreuses bases navales et aériennes dans le golfe Persique - notamment au Koweït, cité dans le rapport - et dans le golfe d’Oman.

Suspicion d'«articles perdus ou volés»

En plus du problème de coûteux doublons en matière d’équipements, l'audit recense au moins un cas où du personnel du 1er Commandement logistique «a entreposé des armes à l'extérieur dans des conteneurs d'expédition en métal, exposant l'équipement à des éléments environnementaux difficiles, tels que la chaleur et l'humidité». Près de 4100 armes, dont des lance-grenades et des mitrailleuses, auraient ainsi été laissées dans ces conteneurs, relate le magazine Newsweek.

Plus grave, cette mauvaise gestion laisse «des milliers» d'armes et d'autres engins «vulnérables à la perte ou au vol», note le rapport. L'inspection générale ne déclare pas que certaines d'entre elles auraient pu tomber dans des mains ennemies tout en précisant qu'elle n'avait pas pu «déterminer si des articles avaient été perdus ou volés, [l'absence de comptabilité] pouvant retarder l'ouverture d'une enquête».

«Ce n'est pas une grande surprise», relate le site américain spécialisé dans les questions de défense Task and Purpose, qui rappelle qu'un précédent rapport, là aussi «accablant», d'Amnesty International, publié en mai 2017, avait conclu que les États-Unis avaient perdu la trace d'un milliard de dollars de transfert d'armes aux forces de sécurité irakiennes et koweïtiennes.

«Ce manque de responsabilité en matière d'équipements entre les forces américaines et d'autres pays étrangers ne fait qu'alimenter les capacités d'acteurs non étatiques comme l'État islamique», analyse Task and Purpose, suggérant que des groupes terroristes parvenaient à mettre la main sur une partie de ces armes. Le site de rappeler plusieurs précédents allant dans ce sens : en août 2017, les forces de sécurité irakiennes ont récupéré un lance-missiles antichar FGM-148 Javelin après avoir éliminé des djihadistes de l'État islamique dans la ville de Tal Afar. Le mois suivant, une vidéo de propagande de l'État islamique a montré un sniper djihadiste portant un fusil de précision Mk 14 de fabrication américaine.

Aussi sur MSN : Syrie : l'ultime bataille d'Assad ?

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon