Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Xi Jinping: aucune valeur universelle n'atteint le président chinois

logo de Challenges Challenges il y a 2 jours The Economist
Xi Jinping © FLORENCE LO Xi Jinping

Xi Jinping refuse d'agir contre les crimes russes en Ukraine. Son assurance révèle une vision du monde qui ébranle les certitudes des démocraties occidentales.

L'année 1945 n'a rien de spécial pour le Parti communiste chinois. Voilà la leçon d'histoire que le président Xi Jinping a livrée lors d'un sommet en ligne avec les responsables de l'Union européenne le 1er avril. Le leader chinois répondait aux dirigeants qui venaient d'expliquer en quoi le sombre passé de l'Europe les obligeait à évoquer avec les autorités chinoises la question des droits humains, et leur demandaient d'user de leur influence pour mettre fin aux crimes russes en Ukraine.

La Chine, a rétorqué M. Xi, conserve le souvenir des souffrances que lui ont infligées les puissances coloniales. Il a énuméré les actions hostiles auxquelles s'est livré l'Occident, à commencer par ce que les historiens chinois appellent les traités inégaux. Signés au XIXe et au début du XXe siècle, ils obligeaient la Chine à ouvrir ses marchés et des parties de son territoire. De telles agressions, poursuivit-il, ont laissé aux Chinois des idées bien arrêtées sur les droits humains, mais aussi sur les étrangers qui ont recours à deux poids, deux mesures pour juger les autres pays. La Chine assume son bilan au Xinjiang, à Hong-kong et au Tibet, conclut Xi, précisant que, si elle souhaite améliorer les relations bilatérales, l'Union européenne doit sortir de l'impasse qu'elle a créée en lui imposant des sanctions.

Rejet des critiques sur son système autocratique

Avec Xi Jinping, la Chine utilise son poids économique pour rejeter les critiques sur son système autocratique. Elle affirme que le système de parti unique répond mieux aux besoins de la population que la démocratie occidentale dysfonctionnelle. En février dernier, le président chinois a signé avec le dirigeant russe Vladimir Poutine une déclaration conjointe qui peut se lire comme un manifeste pour un nouvel ordre. Le texte fait des deux puissances autoritaires les principaux champions d'une "démocratie authentique".


Vidéo: Droits humains : Xi Jinping défend la Chine devant Michelle Bachelet (Dailymotion)

Relire la vidéo

Imperturbables, les diplomates chinois ont rejeté la colère occidentale à propos de l'Ukraine comme étant de l'hypocrisie raciste alors que tant de souffrance non européenne reste ignorée. Une telle assurance suscite le débat parmi les gouvernements du monde riche. Face au défi posé par la Russie et la Chine et à la nécessité de trouver des alliés pour le contrer, certains diplomates remettent en question les exigences de transparence et de respect des normes environnementales ou de conditions de travail qui accompagnent les projets de développement occidentaux dans les pays du sud, alors que la Chine accorde des prêts sans trop poser de questions.

Lire aussiCongrès du parti du PCC : pourquoi rien n'est gagné pour XI Jinping

La diminution des budgets

Un responsable international note que le vrai problème est le manque d'investissement, car la diminution des budgets d'aide occidentaux affaiblit les réformateurs. Mais il existe une autre raison toute simple de défendre avec fermeté les valeurs universelles. Une approche sélective ne ferait que confirmer les soupçons chinois selon lesquels, au fond, les pays ne sont guidés que par leurs propres intérêts et n'invoquent les principes que pour les instrumentaliser. Le défi lancé par la Chine à l'ordre post-1945 est à la vue de tous. Poursuivre dans le cynisme serait une défense bien faible.

Par Patrick Artus

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Challenges.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon