Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Déconfinement, rentrée des classes, tests… Ce qu’il faut retenir des annonces du gouvernement

logo de Ouest-France Ouest-France 22/04/2021 Alexis BOISSELIER.
Jean Castex et Olivier Véra, à Paris ce jeudi 22 avril. © LUDOVIC MARIN / AFP Jean Castex et Olivier Véra, à Paris ce jeudi 22 avril.

Entouré de plusieurs membres de son gouvernement, Jean Castex a fait un point sur la situation sanitaire. Le Premier ministre a évoqué la rentrée des classes et le déconfinement mais aussi la vaccination et la question des variants.

Jean Castex a renoué ce jeudi 22 avril avec la traditionnelle conférence de presse hebdomadaire consacrée au Covid-19. Le chef du gouvernement est notamment revenu sur le déconfinement qui approche et la réouverture des écoles.

Depuis quelques jours, la situation sanitaire s’améliore légèrement en France même si le nombre de cas quotidiens est toujours supérieur à 30 000 et que la pression hospitalière reste forte. « Le pic de la troisième vague semble être derrière nous », s’est réjoui Jean Castex en appelant toutefois à « rester vigilant ». 15 départements ont ainsi un taux d’incidence toujours supérieur à 400.

Le confinement levé le 3 mai

Le Premier ministre a confirmé que les restrictions de déplacements seraient levées le 3 mai, quatre semaines après la mise en place du troisième confinement.

Les commerces non essentiels, les terrasses et les lieux culturels et sportifs devront en revanche encore attendre. « Nous souhaitons que cette réouverture puisse avoir lieu autour de la mi-mai mais il faudra qu’elle ait lieu par étapes et de manière progressive avec des protocoles stricts », a insisté Jean Castex.

Le Premier ministre n’a pas écarté que ces réouvertures puissent se faire de manière territorialisée et a promis que des informations complémentaires seront annoncées dans les prochains jours. Il ne s’est en revanche pas prononcé sur une levée du couvre-feu.

Un protocole strict pour la rentrée

Jean Castex, accompagné du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, est également revenu sur les conditions de la rentrée des classes. Les élèves de maternelle et de primaires vont retrouver le chemin de l’école ce lundi 26 avril.

« Nous avons la conviction que les dégâts causés par la fermeture prolongée des écoles seraient catastrophiques. Nous assumons ce choix », a justifié Jean Castex qui a toutefois annoncé un cadre strict.

Les collégiens et les lycéens devront réaliser une nouvelle semaine de cours à distance avant un retour en présentiel le 3 mai. « Les environnements numériques de travail sont pleinement opérationnels », a assuré Jean-Michel Blanquer après les problèmes rencontrés lors de la première semaine du confinement.

Le nouveau protocole sanitaire, présenté par Jean-Michel Blanquer, prévoit que les classes fermeront dès le premier cas de Covid-19. Pour les lycées, la « demi-jauge » sera maintenue. Dans les 15 départements les plus touchés par l’épidémie, les collégiens de 4e et de 3 seront aussi en « demi-jauge ».

Jean-Michel Blanquer encourage également l’équipement de capteurs de CO2 par les collectivités locales. Pour les cantines, il a demandé de limiter le brassage des élèves en faisant manger les classes ensembles.

Les examens maintenus

Le ministre de l’Éducation est revenu sur la tenue des examens. « Le brevet est maintenu et les deux épreuves de contrôle terminal du Baccalauréat sont maintenues », a affirmé Jean-Michel Blanquer. Les épreuves de BTS qui auront lieu au mois de mai sont elles aussi maintenues, mais une session de rattrapage pourra avoir lieu au début du mois de juillet pour les élèves malades.

Renforcement des tests

D’importants dispositifs de dépistages salivaires seront aussi mis en place dans les écoles puis dans les collèges. L’objectif, à terme, est d’atteindre 500 000 tests par semaine contre 250 000 fin mars.

De leur côté, les lycéens et les personnels de l’éducation nationale pourront bénéficier des autotests qui ne sont recommandés que pour les plus de 15 ans. Cet autotest aura lieu une fois par semaine. Des lieux dédiés seront mis en place à partir du 10 mais. « La Haute autorité de santé se prononcera en début de semaine sur la possibilité de destiner ces autotests à des publics plus jeunes », a précisé Jean Castex.

Un autotest positif devra être complété par un test PCR, a insisté Olivier Véran. Le ministre de la Santé a expliqué que plus de 500 000 autotests avaient déjà été vendus en pharmacie mais que leur objectif était aussi de cibler les populations précaires. Des autotests supplémentaires seront déployés dans des quartiers prioritaires et en Outre-mer.

Les objectifs de vaccination maintenus

Alors que plus de 13 millions de Français ont reçu au moins une dose et que près de 5 millions ont reçu les deux doses, le gouvernement a insisté sur la vaccination. « Notre campagne de vaccination progresse bien », a lancé Jean Castex. « L’objectif final reste d’avoir pu proposer la vaccination à tous d’ici la fin de l’été », a encore promis le Premier ministre.

Le vaccin AstraZeneca valorisé

Il a accentué sur le fait de disposer tous les vaccins « dont nous disposons » et notamment le vaccin AstraZeneca dont il a vanté l’efficacité. « J’ai 55 ans et je me suis fait vacciner avec l’AstraZeneca », a-t-il rappelé invitant les Français à faire de même. Jean-Michel Blanquer a d’ailleurs annoncé qu’il se ferait vacciner avec le vaccin AstraZeneca.

Olivier Véran a également pris le temps de détailler le fonctionnement de ce vaccin. « Dans de très rares cas il peut causer des thromboses mais ils sont très rares, cela représente 5 cas pour 1 million de personnes vaccinés », a rappelé le ministre de la Santé. Selon lui, une personne a 50 fois plus de risques d’avoir une thrombose en prenant l’avion qu’en se faisant vacciner par AstraZeneca.

Le vaccin Janssen injecté à partir de samedi

Olivier Véran a également évoqué le vaccin Janssen, qui est réservé aux Français de plus de 55 ans et qui pourra être proposé à partir de samedi. Pour ce vaccin, une seule injection est nécessaire.

Concernant la vaccination des soignants, « plus de 70 % ont reçu au moins une dose du vaccin » a enfin déclaré le ministre de la Santé.

Les quarantaines obligatoires dès samedi

Le Premier ministre est revenu sur les conditions d’entrée sur le territoire français. Il a justifié le durcissement des conditions d’entrée pour les arrivées des voyageurs en provenance de pays où des variants à risque circulent.

« Nous mettrons en place à partir de samedi matin un sas sanitaire avec un dispositif de quarantaine pour tous les voyageurs venant des pays où la situation est inquiétante », a expliqué le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Les pays concernés sont le Brésil, le Chili, l’Argentine, l’Afrique du Sud et l’Inde.

Un test PCR de moins de 36 heures sera nécessaire, puis un test antigénique sera réalisé à l’arrivée en France. En cas de test négatif, une quarantaine obligatoire sera imposée avec des contrôles.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon