Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Guerre en Ukraine. « Des situations bouleversantes » : Nice face à l’arrivée massive de réfugiés

logo de Ouest-France Ouest-France 16/03/2022 Recueilli parYves-Marie ROBIN.
Anthony Borré, premier adjoint au maire de Nice. © DR Anthony Borré, premier adjoint au maire de Nice.

La capitale des Alpes-Maritimes a déjà accueilli 1 500 personnes en dix jours. 250 autres arrivent quotidiennement, jour et nuit.

Face à l’arrivée d’un grand nombre de réfugiés qui fuient les combats en Ukraine, la ville de Nice est en première ligne en France, comme en témoigne Anthony Borré, premier adjoint au maire.

Nice est la ville de France accueillant, actuellement, le plus de réfugiés ukrainiens. Pourquoi ?

Environ 40 % des réfugiés arrivant en France passent par l’Italie.

Quand les premiers sont-ils arrivés ?

Il y a dix jours. Nous avons déjà reçu 1 500 personnes. 250 autres arrivent quotidiennement à Nice et dans les Alpes-Maritimes, de jour comme de nuit. Des grands-mères, des mères, des enfants. Les situations sont vraiment bouleversantes. Une centaine de personnes se mobilisent pour offrir un accueil digne à tout le monde.

Comment faites-vous face à ce flot de réfugiés ?

Nous pouvons compter sur une chaîne de solidarité extraordinaire. Quand les réfugiés n’ont aucune attache familiale dans la région, des particuliers et des hôteliers interviennent en offrant des chambres individuelles. Des restaurateurs et des commerçants se mobilisent également pour fournir de la nourriture. Des habitants viennent apporter des vêtements, des médicaments…

Est-ce tenable durablement ?

Non ! Voilà pourquoi nous lançons un appel à la solidarité nationale. Nous risquons de devoir ouvrir des gymnases, ce serait regrettable d’en arriver là. Les autres départements doivent donc prendre le relais.

Que vont devenir ces familles ?

Avant de pouvoir retourner en Ukraine, certaines manifestent le souhait d’aller en Espagne, au Portugal. D’autres veulent rester en France. Nous avons donc commencé à scolariser les enfants. Nous proposons des cours de français aux adultes. Nous avons aussi mis en place un suivi médical pour tous.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon