Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

VIDEO. "Que faire face au refus sur le terrain ?" Les consignes musclées d'Enedis aux installateurs du compteur Linky

Le 14 juin, "Envoyé spécial" enquête sur la fronde anti-Linky. Le magazine a recueilli des témoignages d'opposants à ce nouveau compteur. Beaucoup s'indignent qu'il leur ait été imposé ou rapportent une installation forcée. Certains vont jusqu’à cadenasser leur compteur d'ancienne génération. Le consommateur a-t-il le droit de refuser l'installation d'un compteur Linky ? D'un côté, la loi oblige Enedis, la filiale d'EDF en charge de la gestion du réseau électrique, à installer les boîtiers ; de l'autre, elle ne prévoit aucune sanction pour ceux qui refusent le compteur Linky… Mais tout le monde ne le sait pas : sur le site d'Enedis, sa pose est présentée comme "obligatoire". "Casser le cadenas si besoin" Face aux clients inquiets, le propos du représentant d'Enedis se veut rassurant : "Il est hors de question que l'on force une porte pour entrer chez quelqu'un." Le magazine s'est procuré un document interne de 2016 qui semble pourtant le contredire. Il s'agit d'une fiche destinée aux installateurs, en majorité des sous-traitants, et intitulée "Que faire face au refus sur le terrain ?" Dans la colonne de gauche, la situation de blocage. Par exemple, "Affiche 'Stop Linky' à l'entrée de l'immeuble" ou "Cadenas sur le compteur". Dans la colonne de droite, la conduite préconisée au poseur : "Ne pas tenir compte de l'affiche" ; "Casser le cadenas si besoin". Enedis a prévu tous les cas de figure. Même ceux où le client aurait fait appel à la gendarmerie ou à la presse. Dans ces situations extrêmes, l'installateur est autorisé à faire demi-tour… L'entreprise publique affirme aujourd'hui que ces consignes ont été abandonnées. Extrait de "Les révoltés du Linky", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 14 juin 2018.
image beaconimage beaconimage beacon