Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Nathalie Loiseau présente sur une liste d’extrême droite lorsqu’elle était à Sciences-Po

logo de L’Obs L’Obs 23/04/2019 www.nouvelobs.com
© Copyright 2019, L'Obs

La tête de liste LREM aux Européennes a démenti avant de préciser qu’elle « ignorait l’orientation politique » de la liste à l’époque.

Lundi 22 avril, Mediapart a révélé que Nathalie Loiseau, ex ministre et actuelle tête de liste de LREM aux élections européennes, était déjà engagée politiquement en 1984, lorsqu’elle était étudiante à Sciences-Po Paris.

Le souci, c’est que Nathalie Loiseau - qui s’appelait alors Nathalie Ducoulombier - figurait en 6e position d’une liste de l’UED (Union des étudiants de droite) lors de l’élection des délégués étudiants au conseil de direction et à la l commission paritaire de Sciences-Po Paris. Un « syndicat né sur les cendres du GUD » précise Mediapart, la célèbre organisation ultra-violente d’extrême droite qui s’est faite connaître dans les années 1970 et 1980.

Démenti formel de Nathalie Loiseau dans un premier temps

Une révélation qui tombe plutôt mal alors que l’ex ministre aux affaires européennes fait sa campagne sur le thème du rempart contre la montée en Europe des nationalismes et que les sondages nes ont pas au beau fixe: d’après une enquêtre RTL / Harris Interactive, seuls « 37% des Français font confiance en Nathalie Loiseau (LaREM) pour faire en sorte que la France soit plus entendue dans les instances européennes ».

La tête de liste, interrogée par Mediapart, a un premier temps répondu que le document était un faux, avant de se raviser plusieurs semaines plus tard, justifiant qu’elle avait « complètement oublié cet épisode » et précisant qu’elle ignorait « la coloration politique de cette liste ».

Un changement de position que n’a pas manqué de relever Mediapart:


Ses opposants, qu’ils soient de gauche comme de droite, ont immédiatement relayé l’information, doutant de la sincérité de l’ex ministre. Benoît Hamon a repris la célèbre phrase des Guignols de l’info sur le cycliste Richard Virenque, dopé « à l’insu de son plein gré »:



AUSSI SUR MSN : Salvini, Castaner, Aquarius : Nathalie Loiseau au cœur des critiques

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon