Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les scientifiques dans l’incompréhension face à l’amélioration de la situation épidémique

logo de L’Obs L’Obs 12/02/2021 www.nouvelobs.com
© Copyright 2021, L'Obs

Le taux de pénétration des variants du Covid-19 augmente inexorablement en France. Face aux soupçons d’une contagiosité plus élevée que le virus initial, les scientifiques craignaient le pire : en toute logique, les cas de Covid s’apprêtaient à exploser. Mais les chiffres restent stables, voire baissent. De quoi laisser les scientifiques perplexes.

« Depuis une semaine, les arrivées en réanimation sont très constantes, les arrivées à l’hôpital descendent un petit peu à la fin, et le nombre de morts, qui augmentait régulièrement, redescend », observait l’épidémiologiste et biostatisticienne Catherine Hill sur LCI jeudi soir.

« Alors qu’est-ce qui se passe ? Je n’en sais rien, je ne comprends pas ce qui se passe », reconnaît la scientifique, avant de suggérer : « Est-ce que les gens font plus attention ? »

« Les prévisions épidémiques sont assez apocalyptiques », alerte Dominique Costagliola

« Peut-être que l’on a minimisé l’impact du couvre-feu à 18 heures, mais ce serait malhonnête de dire que l’on s’attendait à cette évolution », reconnaît de son côté l’épidémiologiste Pascal Crepey, cité par « le Parisien ». Il n’est toutefois pas « complètement surpris », citant « une plus grande vigilance des Français » et « la vaccination qui peut déjà produire des effets sur les hospitalisations » des personnes âgées.


Vidéo: Avec le stress lié à la crise sanitaire, le marché du CBD, dérivé légal du cannabis, explose (Euronews)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Ne pas crier victoire trop vite

Pas question de célébrer l’accalmie pour autant : « Cette baisse masque quand même une montée en puissance du variant anglais. Il est à craindre que dans les semaines à venir, il y ait au contraire une remontée des incidences », prévenait Pascal Crépey auprès de France 2 mercredi.

Carole Dufouil, directrice de recherche à l’Inserm, se demande, citée par « le Parisien », « si on n’a pas un peu surestimé [le variant anglais] sur la base de ces données anglaises ». Elle prévient toutefois que ce n’est pas parce que certains chiffres baissent que la situation n’est plus dégradée, notamment en Moselle, où l’évolution des variants brésilien et sud-africain inquiète : « Avec 20 000 cas et 400 morts par jour [en comptant les Ehpad], cela pourrait malgré tout se justifier de confiner dès maintenant », estime-t-elle, citée par « le Parisien ».

Pourquoi la Belgique paye un si lourd tribut face au Covid

25 837 cas positifs de Covid-19 ont été comptabilisés en 24 heures par Santé publique France mercredi, contre 18 870 mardi. Selon des données plus consolidées, 139 009 personnes ont été testées positives la semaine dernière, soit un peu moins de 20 000 par jour, contre 144 135 la semaine précédente, et environ 141 000 deux semaines plus tôt.

Si cette légère baisse est difficile à expliquer, les températures extérieures pourraient constituer un élément de réponse : une étude publiée fin 2020 par Predict Service affirmait que les températures situées entre 3 et 17 °C étaient les plus propices à la circulation du virus. En dessous, les gouttelettes contenant le virus tomberaient au sol, explique Europe 1. Une hypothèse à prendre avec des pincettes, puisque la météo est loin d’être le seul critère de transmission du Covid-19.

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon