Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Angers Nantes Opéra. Sur grand écran, Madame Butterfly, pour donner envie d’opéra

logo de Ouest-France Ouest-France 07/07/2022 Véronique ESCOLANO.
C’est en direct de l’opéra de Rennes que ce Madame Butterfly sera retransmis sur grands écrans jeudi 16 juin. Il s’agit de la dernière représentation d’un opéra donné à Nantes et à Angers en mai dernier. © Martin Argyroglo C’est en direct de l’opéra de Rennes que ce Madame Butterfly sera retransmis sur grands écrans jeudi 16 juin. Il s’agit de la dernière représentation d’un opéra donné à Nantes et à Angers en mai dernier.

Jeudi 16 juin, Angers Nantes Opéra propose la projection sur écran géant à Nantes, Angers et dans dix-sept villes de la région, d’un des chefs-d’œuvre de Puccini, Madame Butterfly. On ne rate pas la belle occasion.

À Nantes, Angers et dans six-sept villes de la région, Madame Butterfly, de Puccini, sera projeté sur grands écrans jeudi 16 juin. L’histoire ? À Nagasaki, la jeune japonaise, Cio-Cio-San dite Butterfly (papillon), est mariée à Pinkerton, un officier américain de passage pour qui cette union n’est que fantaisie. Pinkerton s’en repart. Éprise et confiante, Butterfly attend son retour en élevant le fils qu’elle a eu de lui. Quand il revient enfin, c’est accompagné de son épouse légitime et décidé à emmener cet enfant en Amérique. Voici quelques raisons de ne pas rater cette belle occasion.

À l’hippodrome de Nantes, Madame Butterfly sera proposé sur un des plus grands écrans d’Europe. L’an dernier, il s’agissait de « La Chauve-Souris » de Strauss. © Samuel Baron/ Angers Nantes Opéra À l’hippodrome de Nantes, Madame Butterfly sera proposé sur un des plus grands écrans d’Europe. L’an dernier, il s’agissait de « La Chauve-Souris » de Strauss.

« Venez voir, venez écouter… C’est trop beau, trop touchant »

Quelle meilleure raison d’aller voir Madame Butterfly de Puccini, le 16 juin, que celle-ci, ainsi énoncée par le directeur d’Angers Nantes Opéra, Alain Surrans. Des mots dits comme ils viennent, du cœur parce que l’opéra parle bel et bien au cœur. Et beau, ce Madame Butterfly, que nous avons pu voir au théâtre Graslin de Nantes, en mai dernier, l’est.

Découvrir l’opéra

C’est l’essence même d’Opéra sur écrans, opération conjointe de Angers Nantes Opéra et de l’opéra de Rennes pour la troisième édition : faire découvrir l’opéra à un public non initié. « Une fenêtre dont on espère qu’elle donnera envie d’aller à l’opéra. Une invitation à franchir la porte », note Alain Surrans. Sur grand écran, l’opéra est encore plus populaire.

Le meilleur de l’opéra

Pour que le grand écran donne envie de passer le pas et satisfasse aussi les initiés, rien n’a été laissé au hasard. En l’occurrence, une œuvre magistrale, un metteur parmi les plus prisés, l’Italien Fabio Ceresa dans une mise en scène « exigeante mais lisible », un grand chef à la direction, Rudolf Piehlmayer, les grandes voix de Karah Son et de Angelo Villari dans les rôles phares…

Des moments de communion

On n’y criera pas, on n’y chantera pas des Allez Nantes… Mais à l’instar de la récente retransmission de la finale de la coupe de France dans la cité des Ducs, les projections en plein air sont de purs moments de communion. « On partage, ça circule et ça participe de l’opéra. » Et comme pour ce précédent footballistique, l’événement, certes sans but, sera retransmis en direct de l’opéra de Rennes. À Nantes, il sera proposé à l’hippodrome sur un des plus grands écrans d’Europe et place Graslin.

L’opéra vient à vous

Avec deux projections à Nantes, une à Angers et dans dix-sept autres villes grâce au soutien de la Région (lire ci dessous), il y a forcément une projection près de chez soi. Et c’est gratuit.

Un grand opéra populaire

Composé en 1904 par Puccini, Madame Butterfly figure parmi les cinq opéras les plus donnés au monde. L’avoir vu, c’est enrichir sa liste des « incontournables », qu’ils soient littéraires, cinématographiques…

Un vent japonisant

Avec la présentation d’un Japon séculaire en kimono, des lumières délicates, des rituels du thé et de calligraphie… Madame Butterfly ne devrait pas laisser insensible les amateurs d’Orient. Quand bien même l’opéra dénonce aussi les ravages du colonialisme.

Un thème toujours d’actualité

Madame Butterfly, pour résumer, c’est l’histoire d’une jeune femme qui rencontre un homme et se fait duper… Très jeune femme, car elle n’a que 15 ans. « Madame Butterfly ce sont aussi ces jeunes filles qui rencontrent des hommes qu’elles ne connaissent pas sur internet », constate, réaliste, Alan Surrans.

Le chant à bouches fermées

C’est une technique de chant fascinante qui aurait fait fureur durant la période masquée du Covid, dont l’un des plus grands et fameux exemples, le « Chœur à bouches fermées », est chanté dans Madame Butterfly. Murmure chavirant, il est déjà, à lui seul, une raison de se laisser emmener par Madame Butterfly. À Nantes, place Graslin, en amont de la projection, ce chœur sera chanté avec le public, coaché par Guillaume Falchero, chef de chœur et des choristes amateurs.

On vient et on part quand on veut

Qu’on se le dise et Alain Surrans le dit lui-même, « on a le droit de partir quand on veut ». Pas un détail pour une pièce qui dure 2 h 45, mais aussi une bonne raison d’essayer et de faire découvrir l’opéra aux enfants. Mais de grâce, restez jusqu’au bout, vous ne le regretterez pas, avec un final somptueux.

Jeudi 16 juin, à 20 h, place du Ralliement à Angers ; place Graslin et à l’hippodrome de Nantes et dans les cinémas ou salles de Beaupréau-en-Mauges, Bouchemaine, Châteaubriant, Guérande, île d’Yeu, La Baule, Le Croisic, Le Mans, Le Pouliguen, Montval-sur-Loir, Noirmoutier-l’Épine, Notre-Dame-de-Monts, Pornic, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Saint-Julien-de-Concelles, Saint-Nazaire et Vouvant. Informations sur le site d’Angers Nantes Opéra.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon