Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Céline Dion hantée par le souvenir de René

logo de Gala Gala 10/01/2021 Virginie Picat
Céline Dion hantée par le souvenir de René © GENGIS / BESTIMAGE Céline Dion hantée par le souvenir de René

Il y a cinq ans, la star disait adieu à René Angelil, l’homme de sa vie parti trop tôt. Armée de courage, entourée de leurs trois fils, Céline Dion essaie toujours de faire son deuil. En vain...

Avancer vaille que vaille. Le 14 janvier prochain, cela fera cinq ans que Céline Dion a dit adieu à son époux René Angelil, décédé à l’âge de 73 ans. Le 17 janvier, un an, que Thérèse Dion, sa mère adorée, son « héroïne » est partie. Privée de sa base, de son centre, de son essence. La star québécoise a plié face à l’absence, à l’irrémédiable. Elle n’a jamais rompu. Forte de cet amour, de cette confiance que son mari et sa maman ont su petit à petit faire grandir en elle. Chrysalide devenue papillon. A 52 ans, Céline est libre d’assumer ses choix, de vivre pleinement, totalement, sans se soucier du qu’en dira-t-on. Déjà en 2019, alors qu’elle venait de rejoindre la dream team des ambassadrices de L’Oréal Paris, la star aux plus de 245 millions d’albums vendus était pleinement consciente du chemin parcouru. « Aujourd’hui, c’est le début du reste de ma vie comme chanteuse, comme fille, comme sœur, comme amie, comme partenaire de travail. Avec mon styliste et ma famille qui m’ont aidée à devenir le meilleur de moi. Je suis emplie de gratitude. Je ne me suis jamais sentie aussi belle, aussi forte, et je pense que le meilleur reste à venir», avait confié à Gala la toute jeune quinqua, époustouflante de joie de vivre, d’humour, de fantaisie, d’attentions à donner, de projets, prête à en découdre, avec son nouvel album, le si bien nommé, Courage, sorti le 15 novembre de la même année.

Un autre coup dur

Mais la vie, la perfide, sait se jouer de l’âme humaine. Et, au moment où l’absence semble se faire moins cruelle, se pare d’autres nuances. Au moment où le chagrin offre un moment de répit, comme dans un sursaut, elle ravive le souvenir des jours heureux. Condamnés au passé pour l’éternité. Ce 14 décembre, Céline Dion pleure un ami cher. Plus précisément, le meilleur ami de René, Pierre Lacroix. L’ex-directeur général des Nordiques de Québec et de l’Avalanche du Colorado, des équipes de hockey sur glace, décédé le 13 décembre, à Las Vegas, à l’âge de 72 ans, des suites de la Covid-19, selon Le Journal de Québec. « Je suis profondément attristée d’apprendre le décès de Pierre Lacroix. Pierre était le meilleur ami de René et nous avons partagé tant de moments merveilleux avec lui et son épouse Coco. Quel privilège de les avoir tous les deux dans nos vies », s’est émue l’interprète de All By Myself sur son compte Instagram.

Avec le départ de Pierre Lacroix, c’est un peu de son époux René Angelil qu’elle perd encore. Difficile d’imaginer qu’à l’annonce de cette triste nouvelle, la chanteuse n’ait pas réemprunté une fois encore les méandres de sa mémoire, revisité ses souvenirs. Ce jour où, à 13 ans, la jeune Céline a interprété devant le producteur Ce n’était qu’un rêve, la chanson écrite par sa mère pour lui offrir des lendemains qui chantent. Et ils ont chanté ! Les tournées triomphales, pensées, construites, travaillées ensemble. Le temple de la chanson et de l’amour que René Angelil a bâti pour elle. Le Colosseum du Caesar Palace, mythique salle de spectacle de Las Vegas où elle fut en résidence pendant seize ans à aimanter ses fans venus du monde entier pour l’écouter chanter, encore et encore, les tubes qui l’ont portée au firmament. Céline Dion n’a rien oublié des bonheurs fêtés, des épreuves traversées, des dialogues qu’il a fallu apprendre à instaurer pour la bonne santé de leur couple. De la maladie qui s’est immiscée dans la gorge de son aimé, jusqu’à le lui enlever... Chaque nouvel envol de la star lui rappelle l’homme qu’il a été. Chaque nouvelle épreuve, sa façon à lui de faire face.

Ses fils, son bonheur

Heureusement, il y a leurs petits devenus grands. Les jumeaux Eddy et Nelson, 10 ans, qui ont poussé d’un coup, qu’elle élève chaque jour pour en faire des hommes bien. Leur aîné, René-Charles, qui fêtera le 25 janvier prochain son passage dans une nouvelle dizaine : il aura 20 ans. « Son grand homme ». « Il est bon dans tout ce qu’il fait. Je ne pense pas qu’il sache encore maintenant et, c’est normal à 18 ans, ce qu’il veut faire plus tard. Quand il essaye quelque chose, il s’implique complètement. Il aime énormément la musique, il joue au hockey, il est bon au golf », confiait la star dans une interview en janvier 2019. Céline est confiante, elle sait que René, où qu’il soit, veille. « Tu as un guide là-haut, ton père qui t’aidera à faire les bons choix. Et ici, il y a moi pour te tenir la main et toujours t’envelopper de mon amour inconditionnel», lui avait-elle écrit pour ses 18 ans sur son compte Instagram. En novembre dernier, le jeune homme, assez discret ces derniers mois sur les réseaux sociaux, a fait un appel aux dons via une story pour aider Amy, une jeune femme atteinte d’un cancer des voies biliaires. Une prise de position qui en dit long sur son caractère. Selon l’astrologue Marc Angel, du site Femme Actuelle Astro Consult, qui a fait les prédictions de la diva pour l’année 2021, René-Charles devrait s’impliquer de plus en plus dans la carrière de sa mère. Il ne pourrait y avoir plus belle transmission.

Vidéos suggérées
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE
Publicité
Publicité

Plus d'info : Gala.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon