Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

En téléphonant à Jean-Marie Bigard, Emmanuel Macron précipite la chute d'Edouard Philippe

logo de Gala Gala 25/05/2020 Agence 6 Media
En téléphonant à Jean-Marie Bigard, Emmanuel Macron précipite la chute d'Edouard Philippe © Romain Gaillard / Pool / Bestimage En téléphonant à Jean-Marie Bigard, Emmanuel Macron précipite la chute d'Edouard Philippe

Interpellé par Jean-Marie Bigard, Emmanuel Macron a décroché son téléphone pour assurer l’humoriste de la réouverture prochaine des bars et restaurants. Une manière de désavouer la politique de déconfinement menée par le Premier ministre, selon Natacha Polony.

C’est un coup de téléphone qui ne présage rien de bon pour Édouard Philippe. Après avoir adressé un tweet à Emmanuel Macron pour critiquer la fermeture des bars et restaurants, Jean-Marie Bigard a révélé le 21 mai dernier, au micro de Sud Radio, avoir reçu un appel du président. Au téléphone, le chef de l’État lui aurait donné raison, l’assurant de leur réouverture prochaine. Une manœuvre qui aurait pour but de "savonner la planche" au Premier ministre, selon Natacha Polony.

"En réalité, c’est fait exprès. Philippe de Villiers déclare publiquement qu’Emmanuel Macron est pour la réouverture du Puy-du-Fou contre l’avis de Matignon, et Jean-Marie Bigard raconte qu’Emmanuel Macron voulait déconfiner plus vite", a-t-elle affirmé sur RTL, ce lundi 25 mai. Pour la journaliste, ce coup de téléphone, en apparence anodin puisqu’Emmanuel Macron est un adepte de la méthode, irait plutôt dans le sens des rumeurs de remaniement qui s’intensifient. Et donc du départ d’Édouard Philippe, dont la date serait déjà fixée selon certains.

"Désavouer tout ce qu’il a adoré"

"La seule façon de faire croire qu’[Emmanuel Macron] pourrait mener une autre politique, plus en phase avec la demande d’indépendance nationale, de renouveau industriel, c’est de désavouer tout ce qu’il a adoré", a poursuivi Natcha Polony, qui souligne cependant qu’il faudrait encore que le chef de l’État "trouve un remplaçant pour le poste de Premier ministre qui accepte de faire avec lui le contraire de ce qu’il prônait en 2017". Emmanuel Macron ne devrait toutefois pas manquer de candidats, certains membres de l’exécutif ayant d’ores et déjà esquissé leurs ambitions.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Gala.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon