Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La sœur Cristina, grande gagnante de «The Voice» en Italie, quitte les ordres pour devenir serveuse en Espagne

logo de Vanity Fair Vanity Fair il y a 5 jours Margaux Seigneur

Ce qui est certain c'est qu'avec sœur Cristina, l'habit ne fait pas le moine. Croix autour du cou, voile sur la tête et habit monastique, voilà comment la désormais célèbre chanteuse italienne est apparue sur la scène de The Voice  il y a quelques années. Son talent avait alors bâti son succès et lui avait permis de se construire une popularité qui a dépassé les frontières italiennes à seulement 25 ans. À l’époque, Cristina Scuccia faisait partie des religieuses du couvent des Ursulines de la Sainte Famille à Milan. Elle avait remporté l’émission grâce à son interprétation de What a Feeling, la chanson thème du film Flashdance. Suite à cette victoire bénite, la bonne sœur avait produit un album qui comprenait notamment une reprise de Like a Virgin de Madonna. Dès la sortie de ce disque, elle l’avait offert au pape François. 

Soeur Cristina offre son disque au pape François Soeur Cristina offrant son disque au pape François, en décembre 2014. Maurix/Gamma-Rapho via Getty Images © Fournis par Vanity Fair Soeur Cristina offre son disque au pape François Soeur Cristina offrant son disque au pape François, en décembre 2014. Maurix/Gamma-Rapho via Getty Images

Huit années se sont écoulées depuis et ce qui est certain, c’est que la nonne a bien changé. Oubliez sœur Cristina, la jeune femme de 34 ans répond désormais à ses prénom et nom, Cristina Scuccia. Maquillée, vêtue de talons hauts et d’un pantalon rouge, le nez percé et les longs cheveux noirs flottant librement, la gagnante de The Voice a annoncé à l’émission Verissimo, sur la chaîne italienne Canale 5, qu’elle avait quitté son couvent. La jeune femme de 34 ans a révélé qu’elle était revenue à la vie civile après 15 ans aux côtés de sa famille religieuse en déclarant: « Je crois qu’il faut écouter son coeur avec courage. Le changement est un signe d’évolution, mais il fait toujours peur car il est plus facile de s’ancrer dans ses certitudes plutôt que de se remettre en question. Y a-t-il un bien ou un mal ? »

« J’étais inquiète de finir sous un pont »

Scuccia a expliqué qu’elle vivait désormais « avec le sourire » en Espagne où elle travaille comme serveuse. Sa décision de mettre un terme à son mariage avec dieu est survenue après son passage à The Voice. Son épanouissement dans le monde de la musique fût tel qu’elle a décidé de poursuivre son rêve en essayant de devenir chanteuse. « J’ai choisi de suivre mon cœur sans penser à ce que les gens diraient de moi », a-t-elle expliqué avant d’ajouter : « J’ai fait un saut dans la foi et j’étais inquiète de finir sous un pont, je le répétais toujours à mon psychologue. » Pour autant, l’ancienne nonne et désormais serveuse a déclaré que le fait de quitter le couvent ne signifiait pas qu’elle renonçait à sa foi religieuse. 

Un talent béni ou un péché ? 

A l’époque où elle concourrait pour gagner le trophée de The Voice, la bonne soeur était au centre d’une controverse. Au coeur de l'église, son talent représentait une bénédiction pour certains et un péché pour d'autres. Lors de l’audition de Scuccia pour The Voice, un groupe de nonnes pom-pom girls se trouvait dans les coulisses et sa participation au concours avait été préalablement soutenue par sa mère supérieure. Pour autant, la chanteuse avait dû faire face à de nombreuses critiques de la part de la fraction la plus traditionnelle de l’église catholique italienne en particulier lorsqu’elle a sorti sa reprise de Like a Virgin. Le service d’information religieuse italien avait jugé cette chanson comme étant une « opération commerciale imprudente et calculée ». 

Publicité
Publicité

Plus d'info : Vanity Fair

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon