Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le champion du monde de pâté-croûte 2022 est un chef… Japonais !

Ne dites plus « pâté en croûte » mais « pâté-croûte ». « C’est la tradition, à Lyon, on le prononce comme ça et on ne veut surtout pas changer. C’est comme pain au chocolat et chocolatine », plaisante Christophe Marguin, un des organisateurs du Championnat du monde de pâté-croûte et président des Toques blanches lyonnaises. La 13e édition de ce concours se tenait ce lundi 5 décembre à Lyon. Partie d’une blague entre chef, il accueille maintenant des candidats de toutes nationalités et est devenu une référence pour promouvoir cette tradition culinaire réputée difficile à exécuter. « Pendant de nombreuses années, c’est un produit qu’on n’a pas travaillé. C’est un produit qui est très technique. Donc il faut former, il faut transmettre. C’est important de faire voir comment on fait, de faire expliquer que la viande doit mariner. Faire la gelée, la cuisson de la pâte… Beaucoup de choses rentrent dans le résultat final », détaille Christophe Marguin. Cette année, et pour la troisième année consécutive, c’est un chef nippon qui s’est distingué. Le chef Ryutaro Shiomi a soulevé la coupe de champion du monde de pâté-croûte sous les applaudissements des treize autres participants et des membres du jury. « L’engouement vient tout simplement du fait que les Japonais sont des perfectionnistes, aiment la qualité du travail et sont des amoureux de la cuisine française et du produit. Je pense que le Japon aujourd’hui est devenu amoureux du pâté-croûte », décrypte Christophe Paucod, chef étoilé basé à Tokyo et membre du jury.

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

Plus de Dailymotion

Plus de Dailymotion

image beaconimage beaconimage beacon