Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'ex-footballeur Ouissem Belgacem livre un témoignage poignant sur l'homophobie dans le milieu du ballon rond (VIDEO)

logo de Télé Loisirs Télé Loisirs 04/05/2021 Virginie Gonçalves
L'ex-footballeur Ouissem Belgacem livre un témoignage poignant sur l'homophobie dans le milieu du ballon rond (VIDEO) © Capture TMC L'ex-footballeur Ouissem Belgacem livre un témoignage poignant sur l'homophobie dans le milieu du ballon rond (VIDEO)

Jeune espoir du football à l'adolescence, Ouissem Belgacem a renoncé à son rêve de devenir pro en raison de son homosexualité et de l'homophobie dans le milieu du ballon rond. Ce mardi 4 mai, dans Quotidien, l'ancien sportif a raconté sa poignante histoire.

Le football sait déchaîner les passions... pour le meilleur et pour le pire. Car parallèlement à l'amour de ce sport ou la ferveur des supporters qui rend la victoire d'une équipe encore plus belle, le milieu est également touché par le racisme et gangréné par l'homophobie. Aujourd'hui, aucun joueur professionnel de haut niveau n'a fait son coming-out et cette éventualité semble même impossible tant l'homosexualité est encore malheureusement rejetée sur le terrain ou dans les gradins.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Un témoignage fort sur l'homophobie dans le football

Ancien footballeur ayant longtemps caché son homosexualité, Ouissem Belgacem s'est saisi de ce sujet de société dans son livre Adieu ma honte, En finir avec l'homophobie dans le football. Invité sur le plateau de Quotidien ce mardi 4 mai pour évoquer son ouvrage, il a livré un témoignage bouleversant sur son expérience de l'homophobie dans le football, un milieu où tous les termes liés à l'homosexualité masculine sont encore trop souvent utilisés de façon péjorative, comme des insultes. "Tout me ramenait au fait que c'est mal d'être comme je suis" a ainsi expliqué l'ex-sportif. Un rejet d'une sexualité différente qui est forcément source d'une douleur profonde : "On est dans la négation de soi, on est dans le mal-être le plus fort".

"Je pensais que c'était moi qui était dans le mal"

Aujourd'hui âgé de 33 ans, Ouissem Belgacem a intégré le centre de formation du Toulouse Football Club à 13 ans. Mais, après des années à être "mal dans ses baskets", l'espoir a finalement décidé de tout plaquer à 19 ans, abandonnant son rêve passer pro. Sur le plateau de Quotidien, il s'est souvenu que - l'homosexualité n'étant pas acceptée dans le monde du ballon rond - il a dès son plus jeune âge cherché à changer d'orientation sexuelle. "Quand j'intègre le centre, je suis en mode je refoule autant que je peux tout ce qui se passe et je me dis que je vais explorer toutes les stratégies possibles et imaginables pour rentrer dans le moule. Je ne savais pas, à l'époque, que tous les gens autour de moi avaient tort d'être si homophobes, je pensais que c'était moi vraiment qui était dans le mal" a-t-il ainsi confié. Il se tourne alors vers la religion, sort avec des filles, pratique l'abstinence et consulte nombre de psychologues.

"J'en suis venu à commettre des choses irréparables"

Pour mieux s'intégrer auprès de ses coéquipiers, Ouissem Belgacem a même prétendu être homophobe: "J'étais à un moment donné un petit peu comme une bête coincée. Quand on est rejetés de tous les côtés, on sort les griffes et j'en suis venu à commettre des choses qui, pour moi, sont irréparables. Jusqu'à rejoindre une brigade anti-gays par exemple..." L'ex-footballeur a révélé qu'il est allé jusqu'à "cassé du p*dé" avec quelques coéquipiers, c'est-à-dire agresser des homosexuels "sous prétexte de protéger les plus jeunes du centre de formation". "Ça me fait d'autant plus mal aujourd'hui parce que j'étais l'un des leurs au final" a-t-il regretté. Mais il ne voyait alors pas d'autres moyens de survie : "Ça me servait de couverture ultime. Si tu fais ça, forcément, si tu les détestes à ce point, c'est que tu ne l'es pas." Et à l'époque, le jeune adolescent n'a personne à qui parler. Impossible en effet pour lui d'avouer qu'il est attiré par les garçons tant cela est mal vu dans le football : "Je n'ai jamais entendu une parole positive en termes d'inclusivité ou de diversité dans mes milieux jusqu'à 19-20 ans. C'est une réalité. Le 'sale p*dé', c'est l'insulte numéro une sur un terrain de foot".

Un rêve brisé

Cette homophobie dans le football l'a finalement poussé à renoncer à devenir professionnel : "L'homophobie m'a empêché de tenter ma chance à 100%. Pour réussir à devenir professionnel, pour percer dans le football, au-delà des qualités athlétiques et physiques, c'est surtout un exploit mental qu'il faut réaliser. C'est ce qui différencie les excellents joueurs des moins bons. On dit souvent dans les centres de formation français, qu'on a un double projet. Le projet sportif et le projet scolaire. Sauf que moi, j'en avais un troisième qui était celui de venir hétéro. En fait, ça m'a consumé de l'intérieur, ça m'a éteint. Je ne pensais qu'à ça. J'étais obsédé par le fait de changer parce que je savais que ça n'allait pas être compatible avec ma passion. Du coup, toute cette énergie que j'ai mise à trouver des solutions pour changer ma sexualité, je ne l'ai pas mise dans les entraînements". Mais si son rêve à lui a été brisé, Ouissem Belgacem part aujourd'hui au combat pour que celui d'autres jeunes footballeurs gays ne le soit pas en s'érigeant contre l'homophobie dans le football.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Programme-tv.net

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon