Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Miss France 2020 sous haute tension ? Vaimalama Chaves donne sa version

logo de Non Stop People Non Stop People 18/12/2019 Laura C-M

C'est la question que tout le monde se pose : les tensions étaient-elles vraiment à leur comble entre les candidates à Miss France 2020 ? Invitée dans "TPMP", mardi 17 décembre, Vaimalama Chaves a livré sa version des faits. Non Stop People vous en dit plus.

Miss France 2020 sous haute tension ? Vaimalama Chaves donne sa version © maxppp Miss France 2020 sous haute tension ? Vaimalama Chaves donne sa version

Tout le monde a son mot à dire. Le 13 décembre dernier dans "TPMP People", Rachel Legrain-Trapani dénonçait "l'ambiance détestable" qui règnait chez les candidates de Miss France 2020. Le lendemain, dans une interview accordée à nos confrères du Parisien, Sylvie Tellier laissait entendre que Miss France 2007 n'avait pas tort. La patronne des Miss affirmait même qu'elle avait été obligée d'intervenir pour rétablir l'ordre. Après elles, c'était au tour de Mis Provence 2019 ou encore Miss France 2020 de s'exprimer à ce même sujet. 

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Vaimalama Chaves a eu "des témoignages" 

Mardi 17 décembre, Cyril Hanouna accueillait Vaimalama Chaves dans "Touche Pas à Mon Poste". Miss France 2019, qui a récemment couronné Clémence Botino, a à son tour confirmé les rumeurs de tensions en interne. "J'ai eu des témoignages qui me faisaient part de quelques tensions", a-t-elle déclaré, sans apporter davantage de précisions. Et d'après Jean-Michel Maire, ces tensions auraient eu raison de la place de Miss Nord-Pas-de-Calais, "la meneuse" de ces conflits d'après lui. Version des faits confirmée à demi-mot par Sylvie Tellier auprès de Télé-Loirsirs, tandis que Rachel Legrain-Trapani avait d'abot cité Miss Provence. 

Le 17 décembre, Miss Limousin 2019 alias Alison Salapic a également confirmé ces bruits de couloir sur les ondes de France Bleu. "C'était compliqué quand même cette année, après voilà, on est trente candidates, faut savoir, trente filles de 18 à 24 ans, donc on ne peut pas s'entendre avec tout le monde, il y a des tensions, après je pense que c'est comme chaque année", a-t-elle expliqué. Et de conclure : "On était toutes fatiguées, c'était des petites remarques qui n'ont pas plu à certaines personnes". 

Publicité
Publicité

Plus d'info: Non Stop People

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon