Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Muriel Robin, ce rôle qu'elle regrette : «Je n'étais pas heureuse»

logo de Paris Match Paris Match 18/01/2022 S.L.

Interviewée par «Télé-Loisirs», Muriel Robin a fait quelques révélations sur sa carrière, se confiant notamment sur le rôle qu'elle regrette d'avoir interprété au cinéma.

© Laurent VU/SIPA

Muriel Robin se confie sur sa carrière. Dans un entretien donné à «Télé-Loisirs » et publié le 17 janvier 2022, l'humoriste et actrice de 66 ans a longuement évoqué son parcours, revenant notamment sur l'un des rôles qu'elle regrette avoir interprété au cinéma. Il s'agit du personnage de Béatrice/Frénégonde dans le film «Les Visiteurs 2», sorti en 1998.

A lire : Muriel Robin, l’enfant chérie de TF1


Vidéo: "Quand je commente, c'est un spectacle !" (Dailymotion)

Relire la vidéo

A l'époque, Muriel Robin avait remplacé au pied levé Valérie Lemercier, qui avait refusé de rempiler. «Je n'aurais pas dû le faire. Déjà quand on n'est pas choisie, ce n'est pas terrible, mais être choisie en deuxième... Je l'ai fait quand même parce que Valérie Lemercier ne voulait pas le faire, mais je ne suis pas une deuxième. Ce n'est pas très bon pour son ego (...). Je n'ai pas été heureuse et donc je n'ai pas été très drôle, et je n'ai pas été très bonne non plus», a-t-elle dit.

Les regrets d'un coming-out précoce

L'épouse d'Anne Le Ny a également déploré que le fait d'avoir fait son coming-out ait eu un impact sur sa carrière, lui causant du tort pour percer dans le milieu du septième art. Elle a évoqué ses «regrets». «Dans le métier, il ne faut pas dire qu'on est homosexuelle parce qu'on ne travaille pas si on le dit. Preuve en est que, pendant 30 ans, moi je n'ai pas fait de cinéma. (...) C'est une évidence. Comment vous expliquez qu'en 30 ans on ne m'ait pas vue au cinéma ? Vous l'expliquez comment ? (...) Je suis passée à côté du métier que je voulais faire», a-t-elle regretté, assurant qu'il s'agissait d'un «grand chagrin». En comparaison, Muriel Robin a aussi mentionné Jodie Foster, qui a été «plus maligne» en révélant son homosexualité après des décennies de carrière, alors que le succès était déjà là.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Parismatch

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon