Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Nicolas Bedos finit l’année... avec une vilaine fracture

logo de Gala Gala 01/01/2021 Maeliss Innocenti
Nicolas Bedos finit l’année... avec une vilaine fracture © AGENCE / BESTIMAGE Nicolas Bedos finit l’année... avec une vilaine fracture

Nicolas Bedos, qui a vécu une année très compliquée sur un plan personnel, a fini 2020 sur un accident qui lui a coûté deux orteils.

GALA VIDEO - Nicolas Bedos finit l’année… avec une vilaine fracture
Vidéos suggérées
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Pour Nicolas Bedos, l'année 2020 a été une épreuve quasiment du début à la fin. L'acteur de 41 ans a perdu son père Guy Bedos en mai. Son parrain Jean-Loup Dabadie s'était éteint quelques jours avant. Il a également été très touché par la mort de Claude Brasseur, un autre grand ami de son père. Sans oublier la crise du coronavirus, qui l'a empêché de travailler comme il l'entendait. Cette année noire ne pouvait se terminer sans une nouvelle galère. Nicolas Bedos, victime d'une vilaine blessure au pied, a fini 2020 avec des béquilles.

« Pour bien finir cette réjouissante année, fallait bien que je me fracture deux orteils ! Terminer 2020 sans béquilles eut été incohérent », a-t-il écrit dans sa story Instagram avec le hashtag #jusquàlalie. Le message était accompagné d'une photo du pied blessé

© Fournis par Gala Capture d'écran - Instagram

Nicolas Bedos au cœur des polémiques en 2020

En plus des malheurs personnels qui lui sont arrivés, Nicolas Bedos a été au cœur de plusieurs polémiques et la cible de critiques sur les réseaux sociaux. Ce n'est un secret pour personne : l'acteur est contre la plupart des décisions prises par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus, et il ne s'en cache pas. Il le crie haut et fort, débordant parfois dans ses mots. Il a notamment écrit sur Instagram avoir envie de « buter » Olivier Véran, avant de retirer son message. Il a aussi créé le malaise aux César en apportant son soutien à Fanny Ardant, qui avait elle-même soutenu Roman Polanski. Alors, même sur des béquilles, Nicolas Bedos a dû être content de dire adieu à 2020.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Gala.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon