Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

"Quand on a vu qu'elles étaient arrivées avant nous, ça a été un vrai coup dur !" : Rachel et Valentin déçus de leur défaite de Pékin Express

logo de Télé Loisirs Télé Loisirs 10/08/2022 Germain Sastre
"Quand on a vu qu'elles étaient arrivées avant nous, ça a été un vrai coup dur !" : Rachel et Valentin déçus de leur défaite de Pékin Express © Patrick Robert/M6 "Quand on a vu qu'elles étaient arrivées avant nous, ça a été un vrai coup dur !" : Rachel et Valentin déçus de leur défaite de Pékin Express

Finalistes de la 16e édition de Pékin Express diffusée ce mercredi 10 août 2022 sur M6, Rachel Legrain-Trapani et son conjoint Valentin Léonard ont perdu face au binôme composé d'Inès Reg et sa sœur Anaïs.

Pékin Express saison 16, c'est fini ! Ce mercredi 10 août 2022, M6 a proposé la finale de l'édition spéciale célébrités de son jeu d'aventure, diffusé depuis 2006. Après six semaines de compétition sans merci au Sri Lanka, l'humoriste Inès Reg et sa sœur Anaïs ont finalement remporté la victoire en s'imposant face à leurs adversaires Rachel Legrain-Trapani et Valentin Léonard. Pour Télé-Loisirs, l'ancienne Miss France et son compagnon ont accepté de livrer leurs impressions en revenant sur leur aventure.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

"Le sort s'est acharné sur nous. C'était la poisse !"

Télé-Loisirs : cette ultime étape a été intense et riche en émotions pour vous et le binôme Inès/Anaïs ! Comment avez-vous vécu cette finale ?

Rachel : Ça a été très difficile psychologiquement à cause du stress. Nous sommes arrivés en finale avec toute l’aventure dans les pattes et la fatigue accumulée. On était sur les rotules.

Valentin : La finale a vraiment été le moment le plus compliqué pour nous. On était à 2000 % pendant toute l’aventure, on ne dormait que 2-3 heures par nuit en moyenne depuis 3 semaines. Ce n’était vraiment pas simple à gérer.

Lorsque vous avez vu qu’Inès et Anaïs étaient arrivées avant vous sur la ligne d’arrivée, qu’avez-vous ressenti ?

Rachel : Le jour de la finale, on a accumulé toutes les malchances possibles et imaginables. Le sort s’est acharné sur nous, c’était la poisse, quoi !

Valentin : Comme la finale dure longtemps, on ne sait jamais si l'on est en première position ou pas. On essaye de se persuader qu’on est toujours dans la course. On y a surtout cru dans les dernières secondes mais quand on a vu qu’elles étaient arrivées avant nous, ça a été un vrai coup dur. Après, on a toujours eu de très bonnes relations avec les candidats et surtout avec Inès et Anaïs. On était donc heureux d’être arrivés jusqu’en finale.

Rachel : J’étais surtout déçue pour mon plus grand fils. Avant de partir, il m’avait dit "Maman, tu gagnes", donc je pensais à lui à ce moment-là.

Vous semblez ne jamais avoir été mis en difficulté dans les épreuves physiques. Votre seul point faible, c’était peut-être la tension dans votre couple par moments. Vous pensez que ça a pu jouer contre vous ?

Rachel : Jusqu’à la finale, j’arrivais à tempérer les tensions, mais le jour-J, j’étais aussi énervée donc ça nous a un peu desservi. Après, je pense que ça nous a surtout motivés. C’était une façon de nous dépasser. Nous n’avons jamais vu ça comme un point négatif. On ne se faisait pas la tête, c’était juste de l’énervement, sur l’instant. La tension était décuplée par le stress et la fatigue.

Valentin : Ce qu’il faut avoir en tête c’est qu’un épisode d’1h30 résume deux jours d’aventure en moyenne. On ne montre que quelques minutes par binôme donc même si on a eu beaucoup disputes, il n’y a pas eu que ça. On a deux caractères forts. Moi, la compétition, c’est ce qui me pousse. Je n’aurais pas été bon dans l’aventure si j’avais joué un jeu devant les caméras.

Rachel : Pékin Express, c’est aussi une émission de télé. Comme nous étions le seul couple, il y avait des petites scènes de ménage évidemment. Mais ça ne représentait pas du tout notre état d’esprit. On se disputait 2 minutes, après on en rigolait et on passait vite à autre chose.

Avez-vous lu les commentaires des internautes et des téléspectateurs sur les réseaux sociaux ? Qu’est-ce que vous en avez pensé ?

Valentin : C’est la première fois que ça m’arrive donc ça fait bizarre. Il y a eu un tel déferlement de haine. On me reproche d’avoir mal parlé alors qu’on m’insulte de tous les noms par message. Je trouve ça 15 fois plus fort que nos disputes pendant les épreuves. Moi, à la limite, ça ne va pas me toucher mais quand j’ai ma mère au téléphone et qu’elle est en pleurs à cause de ça, je peux vous dire que c’est horrible. Depuis le début, je sais que je vais essuyer des critiques, mais le plus dur c’est le fait que mes parents voient ça.

Rachel : Ce qui est dommage c’est qu’ensuite il y a une certaine presse qui reprend ces commentaires sur Twitter pour en faire des articles.

Valentin : Mes amis et ma famille savent comment je suis. Effectivement, je suis un compétiteur, un mauvais perdant, je n’ai rien à redire sur ça. Mais au quotidien, je suis quelqu’un de très calme donc le décalage était assez compliqué. On n’a pas essayé de jouer un rôle. Et ce qu’on nous reproche aujourd’hui, c’est d’avoir été nous-même.

"Je me suis dit que j'allais mourir"

Quel a été votre meilleur souvenir ? Et le pire ?

Valentin : Tous les moments passés avec les familles qui nous ont accueillies, c’était magnifique. Et puis bien sûr notre qualification pour la finale. C’est à ce moment qu’on a pu se dire "Ça y est, on a réussi notre aventure". Après, le pire souvenir s’est aussi passé lors de la finale. On ne tombait que sur des chauffeurs qui roulaient lentement alors qu’on était engagé dans une course contre la montre. On a eu le sentiment de ne pas être les maîtres de notre finale.

Rachel : Moi, mon pire souvenir restera le rafting quand notre embarcation s’est retournée à cause du courant. J’ai passé 1min30 sous le bateau mais ça m’a paru des heures. Je me suis vraiment dit que j’allais mourir. C’était assez impressionnant mais heureusement, plus de peur que de mal. (Elle rit).

Avez-vous regardé les épisodes avec vos enfants ? Quelle a été leur réaction ?

Rachel : Mon plus grand fils nous disait "Vous avez réussi à faire ça?!". Je suis vraiment contente qu’il puisse être fier de sa maman.

"Une fois qu'on a fait Pékin Express, plus rien ne nous fait peur !"

Que retenez-vous de cette aventure ?

Valentin : Ça m’a permis de prendre conscience de mes défauts et de me remettre en question. J’avais l’habitude de mal parler mais pour moi c’était normal. Ce qui n’est pas le cas en vrai. Maintenant, je fais attention à ce que je dis et comment je le dis. Je fais aussi en sorte d’être plus indulgent. J’ai toujours été très dur envers moi, mais je l’ai aussi été envers Rachel pendant l’aventure. Que je le sois avec moi c’est une chose, mais envers les autres ce n’est pas bien.

Rachel : Je me suis rendue compte que j’étais capable de faire beaucoup de choses. Avant, j’avais tendance à me mettre des barrières toute seule. Aujourd’hui, j’ai davantage confiance en moi.

Valentin : Au début, Rachel était une personne plutôt réservée. Elle se mettait beaucoup en retrait par peur d’échouer. Au fil de l’aventure, je l’ai vue se métamorphoser et maintenant, elle va de l’avant.

Rachel : Cette aventure a été une révélation pour moi. Une fois qu’on a fait Pékin Express, plus rien ne nous fait peur !

"On se disait que Stéphane allait arriver au pied de notre lit et nous donner des missions"

Pékin Express, c’est une aventure qui vous a marqué ?

Valentin : Pendant 3 semaines après le tournage, je me réveillais plusieurs fois la nuit avec des palpitations. On avait l’impression d’être encore dans l’aventure.

Rachel : On se disait même que Stéphane (Rotenberg, ndlr) allait arriver au pied de notre lit pour nous donner des missions. (Elle rit)

Valentin : J’espère vraiment que les gens retiendront de nous qu’on s’est donné à fond pendant l’émission. Et malgré ce que l’on peut voir, je vous garantis qu’on a tous été respectueux les uns envers les autres.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Tele Loisirs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon