Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Seven Sisters sur M6 : le défi technique pour créer 7 Noomi Rapace

logo de Allocine Allocine 08/04/2021 Laëtitia Forhan

Le film de science-fiction "Seven Sisters" est diffusé ce soir sur M6. Découvrez comment l'équipe a recréé 7 Noomi Rapace pour les besoins du long-métrage.

Seven Sisters sur M6 : le défi technique pour créer 7 Noomi Rapace © AlloCiné Seven Sisters sur M6 : le défi technique pour créer 7 Noomi Rapace En août 2017, Tommy Wirkola nous livrait le film de science-fiction Seven Sisters, avec non pas une, mais sept Noomi Rapace. Le long-métrage d'anticipation se déroule en 2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman (
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE
Glenn Close).

Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman (Willem Dafoe) décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparaît mystérieusement…

Ce film, qui a totalisé 1 863 822 entrées en France à sa sortie, a été un véritable défi technique autant pour l'équipe que pour la comédienne. Noomi Rapace devait en effet tour à tour incarner 7 personnages aux caractères bien différents.

Pour se faire, l'actrice a créé des personnalités à chacun de ses avatars. Elle mettait par exemple des parfums différents selon la sœur qu'elle incarnait, s'isolait et écoutait un style de musique différent.

Lors de la promotion du film, Noomi Rapace nous confiait que le plus difficile avait été la solitude lors du tournage puisqu'elle n'avait bien souvent pas d'autres partenaires à l'écran qu'elle-même.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE
© SND

Pour pouvoir avoir à l'écran les 7 personnages en même temps, l'équipe a dû faire preuve d'inventivité et de créativité. Le directeur de la photographie José David Montero explique : "Dans un film traditionnel, on peut se permettre de tricher sans arrêt avec la lumière et l'arrière-plan. Mais ici, c'est impossible parce qu'une fois qu'on stabilise la caméra et qu'on augmente la luminosité, on ne peut plus rien toucher jusqu'à la fin de la séquence.

Avec l'effet de duplication et les différentes couches qui se superposent, si on change quoi que ce soit, ça ne fonctionne plus, et il faut tout recommencer, ce qui nous fait prendre un retard monstre. L'autre difficulté, c'est de tourner dans un espace clos et restreint.

On veut donner l'impression que les plafonds ont des profondeurs dissimulées, si bien que l'espace rétrécit. Il nous fallait trois caméras, parfois quatre, un fond vert, un fond bleu, et de l'éclairage. Autant dire que c'était très compliqué de gérer tout ça en même temps."

© SND

"Un système de tournage inédit"

Le réalisateur Tommy Wirkola ajoute qu'en plus des changements de maquillage et de coiffure, l'aspect technique a été le plus difficile à gérer : "Il fallait s'assurer que tout fonctionne, et travailler avec un dispositif de contrôle de mouvement requiert beaucoup de minutie et est particulièrement chronophage.

On a mis au point un système de tournage inédit parce qu'on a allié plusieurs méthodes : on a greffé un visage sur un autre, on a eu recours au 'split-screen', on a utilisé des caméras fixes et des doublures.

Et comme Noomi a des traits caractéristiques, on a moulé des masques à partir de son visage pour les scènes où les soeurs sont en arrière-plan, affairées sur leur ordinateur, à faire la cuisine ou du sport."
© SND

Rien n'était donc laissé au hasard. L'actrice devait scrupuleusement suivre les marqueurs au sol et était équipée d'une oreillette afin de bien se placer pour que les raccords lors du montage puissent fonctionner. Comme l'explique plus haut le metteur en scène, l'équipe a également fait appel à des doublures afin de faciliter le procédé.

Mais pour Noomi Rapace, avoir des doublures nécessitait plus de travail, cette dernière précise : "Si on tourne une scène avec des doublures, il faut que je leur montre avant ce que je compte faire.

Il faut que je leur donne des instructions, que je leur montre comment elles doivent bouger, comment s'asseoir et quand se relever. J'ai une vue d'ensemble sur la scène. Il faut que je l'envisage sous différents angles et c'est beaucoup de responsabilités."

Un pari réussi qui a nécessité 94 jours de tournage en Roumanie.

Notre rencontre avec Noomi Rapace
Publicité
Publicité

Plus d'info : Allocine

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon