Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

"Plus viril et masculin que beaucoup de gens" : Slimane se lâche en interview au sujet de son physique

Deux ans après la sortie de l'album "Versus", Vitaa et Slimane continuent de surfer sur la vague du succès. Avec 416 940 ventes, ce disque est l'album le plus vendu de l'année 2020. De quoi confirmer la carrière de Slimane et relancer celle de Vitaa qui a connu une "traversée du désert". Dans une interview accordée à Paris Match, les deux artistes se sont confiés sur leurs carrières respectives. L'occasion pour Slimane de revenir sur sa chanson "XY" dans laquelle il révèle avoir souffert des modèles imposés par la société. "Je fais partie d’une génération qui en a souffert. J’ai grandi avec des figures d’hommes à la virilité exacerbée. Et, en même temps, lorsque j’avais 15 ans, mon père m’accompagnait aux castings de comédies musicales. A partir du moment où tu chantes des chansons d’amour dans une cité, tu es différent, vu que tu ne fais pas de rap. Mes parents m’ont permis de ne pas avoir honte de ce que je faisais" a confié l'ancien candidat de The Voice. Le chanteur explique ensuite pourquoi il se trouve bien plus viril que d'autres désormais : "Moi, je me trouve bien plus viril et masculin que beaucoup de gens parce que j’ai assumé ma famille, j’ai acheté une maison à mes parents, je suis un bon fils, un bon frère, un bon ami. J’ai placé ces codes de virilité autre part. Mais ce n’est pas parce qu’on m’y a confronté, je l’ai fait pour moi, pour me construire". L'artiste de 31 ans qui a perdu beaucoup de poids en novembre 2019, évoque également son titre "Pas beaux" dans lequel il explique être mal à l'aise avec son physique : "Ça va mieux, mais je réécrirais la même chose aujourd’hui. Parce que quelqu’un qui s’est senti mal dans sa peau pendant son enfance ou son adolescence s’est construit ainsi. Quoi que je fasse, qui que je devienne, c’est ce qui restera avec moi. Je peux perdre 30 kilos, me regarder dans la glace et me trouver énorme. Mais ça m’a aussi permis de garder les pieds sur terre, de ne pas me prendre pour je ne sais qui... Dans ma génération, la beauté a pris une place majeure, et d’autant plus dans l’espace masculin". Aliénor de la Fontaine

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

image beaconimage beaconimage beacon