En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Retraites: le chambardement du régime unique voulu par Emmanuel Macron

logo de Challenges Challenges 03/05/2017 David Bensoussan
Des personnes âgées sur un banc, à Bordeaux: Emmanuel Macron prône un système unique de retraites: Afp/Derrick Ceyrac © Afp/Derrick Ceyrac Afp/Derrick Ceyrac

Depuis plus de 25 ans, la dispersion des régimes de retraite, et notamment les régimes spéciaux, est mise en cause et jamais réformée. C'est l'une des réformes-phares voulue par le candidat d'En Marche! Réforme soutenue par des économistes comme Piketty et Bozio.

C’est un vrai serpent de mer, une réforme évoquée à chaque loi sur les retraites mais jamais mise en œuvre. L’instauration d’un régime unique est l’une des mesures les plus percutantes du projet d’En marche ! Macron veut en finir avec les 35 caisses de retraite coexistant en France, les régimes spéciaux, et créer un système universel inspiré du modèle suédois : chaque euro cotisé donne droit à la même retraite future quel que soit son métier, que l’on soit fonctionnaire ou salarié du privé.

Un régime unique de retraite: la CFDT, l'OCDE et Piketty sont pour

 Les assurés accumulent un capital virtuel, revalorisé au même rythme que les salaires. Ce capital est converti en rente lors de la retraite selon un coefficient unique, fixé selon l’espérance de vie des Français. Ce qui n’empêche pas des dispositifs de solidarité spécifiques pour les chômeurs ou les mères de famille. L’unification des régimes est soutenue par la CFDT, l’OCDE et des économistes comme Thomas Piketty ou Antoine Bozio, consulté par Macron. « Ce serait la plus grande réforme des retraites depuis 1945, assure Bozio. Le système permet des ajustements plus doux et continus, et il garantit le plus haut niveau de pension compatible avec l’équilibre financier. »

Une longue transition nécessaire

74 % des Français y seraient favorables selon un sondage Harris Interactive pour la Confédération française des retraités, qui soutient la réforme. Il faut dire qu’elle a le mérite de la transparence et de la lisibilité pour les assurés. Macron promet ainsi une application sur smartphone, permettant à chacun de connaître son capital virtuel accumulé et le futur niveau de sa pension selon l’âge de retraite choisi.

Elle reste toutefois complexe à mettre en œuvre techniquement. Le candidat a prévenu qu’une période de transition serait nécessaire. Les salariés qui sont à moins de cinq ans de la retraite ne seraient pas concernés. Et la mesure ne serait pleinement appliquée qu’au bout de dix ans. « Il faut prendre le temps de faire converger les taux de cotisations des différents régimes », justifie Bozio.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Challenges.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon