Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Assurance-chômage: 2,3 milliards d’économies à la clé

logo de Le Figaro Le Figaro 07/04/2021 William Plummer
Les paramètres, adoptés début mars, n’entreront en vigueur qu’à partir du 1er juillet pour certains et quand la situation sur le front de l’emploi sera plus stable pour d’autres. © 118992342/andyller - stock.adobe.com Les paramètres, adoptés début mars, n’entreront en vigueur qu’à partir du 1er juillet pour certains et quand la situation sur le front de l’emploi sera plus stable pour d’autres.

C’était l’un des vœux des partenaires sociaux lors des discussions de la réforme de l’assurance-chômage en début d’année… Et un mois après la présentation des arbitrages retenus par l’exécutif, le voici exaucé, mais trop tard. L’Unedic a rendu publique ce mercredi son étude d’impact sur les économies dégagées par les futures règles du régime d’assurance-chômage.

» LIRE AUSSI - Réforme de l’assurance-chômage: l’exécutif se met à dos les partenaires sociaux

D’après l’organisme qui en a la charge, les paramètres adoptés début mars - mais qui n’entreront en vigueur qu’à partir du 1er juillet pour certains et quand la situation sur le front de l’emploi sera plus stable pour d’autres - devraient permettre d’engranger quelque 2,3 milliards d’euros d’économies par an, en rythme de croisière. La modification du salaire journalier de référence (SJR) - qui sert de base au calcul de l’allocation de retour à l’emploi (ARE) versée aux demandeurs d’emploi indemnisés - permettra un gain de 1 milliard, quand le durcissement des conditions d’affiliation de 4 à 6 mois fera économiser 800 millions au régime et la dégressivité des allocations pour les plus hauts revenus, 460 millions. Par manque de données, l’impact du bonus-malus à destination des entreprises n’a pas pu être estimé.

» LIRE AUSSI - La Cour des comptes invite l’État à reprendre la dette de l’assurance chômage

Pour ce qui est de 2021, seule la modification du calcul du SJR permettra de diminuer les dépenses. Et ce à hauteur de 210 millions. Pour 2022, en fonction de l’évolution de la conjoncture et du retour ou non à «bonne fortune» du marché de l’emploi, l’Unedic prévoit entre 1,2 et 1,9 milliard d’euros d’économies. Par ailleurs, la modification des règles ne sera pas indolore pour les chômeurs. Avec le nouveau mode de calcul du SJR, environ 1,15 million d’allocataires ouvriront un droit avec une allocation plus faible de 17 % en moyenne. En outre, avec le passage à 6 mois d’affiliation minimum, 190.000 chômeurs ne devraient pas être en mesure d’ouvrir des droits lors des 12 premiers mois suivant l’entrée en vigueur de la mesure.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon