Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Feu vert pour un mini-réacteur nucléaire en Sibérie

logo de Le Figaro Le Figaro 09/08/2021 Guillaume Guichard
Le président de la société Rosatom en compagnie de Vladimir Poutine. © ALEXEY NIKOLSKY/AFP Le président de la société Rosatom en compagnie de Vladimir Poutine.

Rosatom, le champion russe du nucléaire, a obtenu une des dernières autorisations qu’il lui manquait pour construire un mini-réacteur (dit «SMR») en Iakoutie, dans le nord-est sibérien, a annoncé le groupe lundi. L’autorité russe de sûreté nucléaire a donné une licence pour la construction d’un SMR de 50 mégawatts (MW), l’équivalent d’un modeste barrage hydroélectrique, sur le modèle de celui construit pour les brise-glace.

» LIRE AUSSI - La première centrale nucléaire flottante russe en route pour la Sibérie

«La construction de la centrale nucléaire SMR devrait commencer en 2024», se félicite Rosatom, pour une mise en service prévue pour 2028. Les industriels civils du nucléaire des pays développés, ainsi que nombre de start-up américaines, se sont lancés dans une course au développement d’un SMR. Dans ce contexte, la Russie a pris quelques longueurs d’avance sur la France. EDF, TechnicAtome et le CEA ont tout juste lancé des premières études pour la mise au point, d’ici à la fin de la décennie, d’un petit réacteur modulaire, baptisé Nuward, d’une puissance de 300 à 400 MW.


Vidéo: Essais nucléaires en Polynésie: quels ont été les impacts environnementaux ? (Le Figaro)

Essais nucléaires en Polynésie: quels ont été les impacts environnementaux ?
Vidéos suggérées
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE
800 emplois

Le mini-réacteur de Rosatom, d’une durée de vie de soixante ans, doit être construit dans une zone très reculée d’une région elle-même isolée, le raïon d’Ust-Yansky, qui borde l’océan Arctique. Le géant russe du nucléaire fait valoir que cette petite centrale permettra de créer 800 emplois dans cette région qui vit de ses élevages de rennes et de ses mines. Or, explique un cadre de Rosatom, «la mine d’or de Kioutchous (en Iakoutie) est la plus importante mine inexploitée de Russie. Il est en effet impossible de transporter suffisamment de diesel jusque là-bas (pour alimenter des générateurs). La seule possibilité est donc de construire une petite centrale nucléaire.»

À l’image du projet sibérien, Rosatom vise, avec son SMR, les zones éloignées des réseaux électriques.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon