Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le bitcoin est-il trop polluant et énergivore?

logo de BFM Business BFM Business 14/05/2021 Olivier Chicheportiche et Simon Tenenbaum
La cryptomonnaie absorbe actuellement près de 150 terrawattheure d'électricité par an, selon l'université de Cambrigde. Soit autant que la consommation d'un pays comme la Pologne © Brightcove La cryptomonnaie absorbe actuellement près de 150 terrawattheure d'électricité par an, selon l'université de Cambrigde. Soit autant que la consommation d'un pays comme la Pologne

Le débat sur la question est ravivé depuis ce jeudi avec le revirement de Tesla: le groupe d'Elon Musk, après avoir promu la cryptomonnaie, a finalement suspendu ses achats en bitcoin et la possibilité d'acheter une voiture avec la cryptomonnaie. Le constructeur automobile met en cause l'impact environnemental de l'actif numérique. Le minage des cryptomonnaies nécessite en effet une quantité considérable d'électricité.

Le bitcoin absorbe actuellement près de 150 terrawattheure d'électricité par an, selon l'université de Cambrigde. Soit autant que la consommation d'un pays comme la Pologne, ou un tiers des besoins de la France.

Le problème c'est que la majorité des bitcoins, environ 65%, sont minés en Chine, dans des régions où les couts de l'énergie, notamment issue du charbon, sont faibles. On estime ainsi que la star des cryptomonnaies genère 55 millions de tonne de C02 par an, davantage qu'un pays comme le Portugal.

Un mix énergétique qui évolue


Vidéo: Le Bitcoin : une monnaie virtuelle... et très polluante ? (France 24)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

A titre de comparaison, l'exploitation des mines d'or rejette 81 millions de tonne de C02 chaque année. Cette pollution est elle appelée à exploser? Le minage du bitcoin nécessite en effet toujours plus de puissance de calcul et donc d'élelectricité. Mais tout dépendra de l'évolution du mix énergétique, notamment au moment où la Chine accélère dans les renouvelables.

Et du prix du bitcoin: plus il est cher, plus le minage s'intensifie. Une alternative pourrait être de se tourner vers un nouveau type de blockchain, beaucoup moins gourmand en calcul informatique. Cette option évoquée par Tesla a déjà été adoptée par plusieurs cryptomonnaies "green", concurrentes du bitcoin.

"Le bitcoin consomme moins que tous les appareils en veille aux Etats-Unis"

Invitée de Good Morning Business, Claire Balva, cofondatrice de Blockchain Partner et directrice blockchains et cryptos chez KPMG France, estime qu'il "faut se méfier des comparaisons un peu faciles qui sont faites. On voit aussi que le bitcoin consomme moins que tous les appareils en veille aux Etats-Unis. Et donc finalement, la comparaison on peut la faire dans les deux sens. Et on peut se dire: ça ne consomme pas tant que ça, on peut éteindre nos appareils en veille et ça sera plus efficace pour l'écologie que d'arrêter le bitcoin".

"Et quand on écoute les mineurs de bitcoin, ils ont aussi une conscience écologique mais ils ont besoin d'un business rentable: d'un côté, ils ont leur rémunération en bitcoin et de l'autre, ils ont leur coûts d'électricité. Et donc il faut que ces coûts soient plus faibles que ce que cela leur rapporte et donc il vont aller chercher des surplus d'électricité qui vont être trouvés dans des sources d'énergies renouvelables. Donc les mineurs sont aujourd'hui en compétition sur des sources d'énergies renouvelables et ont de moins en moins envie d'aller vers des sources carbonées d'énergie qui sont sur le long terme beaucoup moins rentables", souligne la spécialiste.

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFM Business

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon