Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Paris veut limiter la location saisonnière par quartier

logo de Le Figaro Le Figaro 07/04/2021 Mathilde Visseyrias
Présentée au Conseil de Paris ce mardi, l’idée a été avancée par 26 citoyens tirés au sort, consultés entre janvier et février. © Alexander Demyanenko/Alexander Demyanenko - stock.adobe.com Présentée au Conseil de Paris ce mardi, l’idée a été avancée par 26 citoyens tirés au sort, consultés entre janvier et février.

Un quota de meublés touristiques, par rue ou par quartier. C’est une possibilité, sérieusement envisagée par la Mairie de Paris. Afin de privilégier l’habitat des Parisiens, Ian Brossat, adjoint au logement, veut étudier la faisabilité de cette mesure, qui pourrait aller jusqu’à une interdiction «dans les zones tendues» de la capitale. Sa mise en œuvre se ferait «en lien avec l’État».

» LIRE AUSSI - Location saisonnière ou location classique: comment mieux rentabiliser votre investissement locatif


Galerie: Balcon, étage, exposition... leur impact sur le prix de votre logement (Capital)

Les quartiers les plus touristiques seraient les plus concernés: typiquement le centre de Paris, le Marais et Montmartre, qui sont confrontés à une pénurie de logements. Présentée au Conseil de Paris ce mardi, l’idée a été avancée par 26 citoyens tirés au sort, consultés entre janvier et février. Cet «avis citoyen» s’inspire de l’exemple de Barcelone. Là-bas, l’exaspération des habitants contre les touristes a conduit la ville à limiter drastiquement l’expansion des meublés de tourisme, loués sur Airbnb, Booking, Tripadvisor ou HomeAway. «L’idée est de lancer une étude, pour voir à quoi un tel système pourrait ressembler à Paris et dans quelle mesure il serait utile, déclare Ian Brossat. S’il s’avère pertinent, il faudra un changement législatif.»

L’élu entrevoit déjà «une petite fenêtre» avec la loi 4D, qui devrait passer à l’été. Dans le cadre de ce projet de loi de décentralisation, l’équipe d’Anne Hidalgo souhaite que le législateur «autorise les communes le souhaitant à disposer de la possibilité d’adapter la régulation des meublés touristiques aux spécificités locales». S’il obtenait gain de cause, l’exécutif parisien envisagerait ainsi de «soumettre à autorisation toute mise en location touristique d’un logement», au lieu du système déclaratif en vigueur. Malgré l’arrêt des voyages dans le monde à cause du Covid-19, Paris occupe une place de premier ordre pour la location saisonnière. C’est la première ville au monde pour Airbnb, en conflit depuis des années avec la Mairie de Paris.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon