Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Toujours aussi compliqué d'emprunter sans avoir un CDI

logo de Boursier Boursier 25/06/2019 Boursier.com

Selon une étude, 86% des emprunteurs travaillent en contrat à durée indéterminée, contre seulement 1,3% en CDD.

© Reuters

Les taux restent au plus bas mais ces conditions exceptionnelles ne profitent pas à tous les Français... Ceux qui ne sont pas en CDI restent majoritairement exclus du crédit : cette année, 86% des emprunteurs travaillent en contrat à durée indéterminée, contre seulement 1,3% en CDD - ils étaient 1,7 % en 2018.

"Lorsqu'il y a deux emprunteurs, la proportion en CDD monte à 3,3%, car l'emprunteur principal est en CDI la plupart du temps. Seuls 0,3% des prêts sont accordés à deux personnes en CDD", observe le réseau de courtage en crédit Vousfinancer. 

Ces chiffres sont très éloignés de la réalité du marché du travail en France, avec un nombre d'embauches en CDD qui ne cesse d'augmenter - il est passé de 76% en 1993 à 87% en 2017 selon la DARES - et sachant que 12% des employés en France sont en contrat à durée déterminée. En face, les banques évoquent des freins majeurs : 83% des CDD sont signés pour moins d'un mois (contre 57% en 1998), et seuls 20% de ces contrats se transforment CDI au bout d'un an contre 50% en 1982, selon France Stratégie.

Les banques ont le choix

"Il est finalement plus compliqué en période de taux bas d'emprunter avec un dossier 'hors norme'. Ce qui est paradoxal car les taux de crédit atteignent actuellement de nouveaux records et les banques ont la volonté de prêter ! Mais dans un contexte de forte demande de crédit, elles ont la possibilité de choisir et privilégier les dossiers les plus faciles et les moins risqués ! C'est finalement le niveau très bas des taux qui incitent les banques à la prudence car les marges ne permettent actuellement pas de couvrir le coût du risque", explique Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer.

Mais les CDD ne sont pas les seuls touchés. Les travailleurs non-salariés, auto-entrepreneurs, chefs d'entreprise, artisans commerçants et professions libérales ont aussi davantage de difficultés : 5,1% des emprunteurs sont des indépendants contre 6% en 2018.

Concernant le statut d'auto-entrepreneur (le plus répandu), les banques demandent trois ans d'ancienneté d'activité et ne prennent en compte que le net imposable, c'est-à-dire les revenus après l'abattement de 34 à 50% auquel les autoentrepreneurs ont droit, ce qui limite fortement la capacité d'emprunt. Dernière catégorie qui peine à contracter un prêt : les retraités. Mais la situation s'est améliorée pour eux ces derniers mois, avec une part qui progresse (3,3% des emprunteurs seuls en 2019, contre 2% en 2018).

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Boursier.com

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon