Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

FTX, BlockFi: Malgré les faillites dans les cryptomonnaies le bitcoin surnage

logo de Challenges Challenges 02/12/2022 Paul Loubière
Bitcoin © AFP/Archives - Ozan KOSE Bitcoin

La faillite de FTX a entrainé celle de BlockFi et pourrait faire plonger Genesis. Malgré cette série noire l'écosystème des cryptomonnaies résiste et Binance, la première plateforme mondiale, en profite pour s'étendre. Les analystes sont partagés mais certains estiment que la baisse n'est pas terminée et qu'un bitcoin à 9.000 dollars n'est pas à exclure.

La série noire n’en finit pas. En début de semaine, le spécialiste américain de prêts en cryptomonnaies BlockFi annonçait s’être placé sous la protection de la loi des faillites aux Etats-Unis, attribuant ses difficultés à l'écroulement de la plateforme d'échanges de devises virtuelles FTX qui était venu à sa rescousse cet été. Mais FTX a été emporté par ses propres ennuis et a déposé le bilan le 11 novembre. BlockFi a dû suspendre la majorité de ses activités, dont les retraits. Il prévoit de se concentrer sur la récupération de l'argent dû par d'autres entreprises, dont FTX et précise avoir "plus de 100.000 créanciers". La faillite de FTX, la quatrième plus grosse plateforme d’échanges de cryptomonnaies au monde a provoqué un effet domino touchant plusieurs autres sociétés du secteur des cryptomonnaies. Pour les clients de FTX, qui ne peuvent plus retirer leurs fonds de la plateforme depuis une semaine, les pertes dépasseraient les 8 milliards de dollars. 

Binance étend son influence

Le numéro 1 mondial des échanges en cryptomonnaies, Binance, en profite pour étendre son influence. Il vient d’annoncer avoir obtenu sa première licence en Asie de l'Est en acquérant la plateforme japonaise officiellement reconnue Sakura Exchange Bitcoin pour un montant non dévoilé. Binance avait déjà tenté il y a quelques années de prendre pied au Japon mais avait dû y renoncer à l'époque devant les exigences des régulateurs locaux. La plateforme Binance fait beaucoup parler d'elle depuis quelques semaines, accusée par certains d'être responsable de la retentissante faillite ce mois-ci de sa rivale FTX, qui a ébranlé le secteur mondial des cryptoactifs. Le patron sino-canadien de Binance, Changpeng Zhao, avait annoncé sur Twitter son intention de se délester de jetons FTT émis par FTX, puis promis de racheter cette société dans la tourmente avant de changer d'avis.

Effet domino

La faillite de FTX a déclenché un effet domino. La plupart des acteurs ont des investissements croisés si bien que la faillite de l’un peut entraîner des conséquences sur les finances de l’autre. Cette spirale est encore accélérée par les craintes des investisseurs qui tentent de retirer leurs fonds des plateformes d’actifs numériques centralisés. Le courtier Genesis, spécialisé dans les prêts de cryptomonnaies, pourrait être la prochaine victime. Les demandes de retraits ont dépassé les liquidités de Genesis Global Capital, la branche de prêt du courtier. La situation est critique et Genesis est le prochain sur la liste des entreprises susceptibles de fermer boutique. D’autres entreprises de l’écosystème crypto pourraient être impactées à leur tour, dont le français Coinhouse qui a annoncé le gel de ses livrets crypto. Ces livrets ne concernent toutefois que 10.000 personnes alors que la plateforme revendique près de 100.000 clients actifs.

Les 3/4 des acheteurs ont perdu de l'argent

Pour éviter une panique généralisée et stopper l’hémorragie des retraits, les acteurs multiplient les discours rassurants. Résultat, le cours du bitcoin, s’il a fortement baissé début novembre à l’annonce de la faillite de FTX, semble s’être stabilisé autour de 16.000 dollars (contre 69.000 dollars un an plus tôt). Pour les investisseurs, c’est la douche froide. Selon une étude de la banque des règlements internationaux (BRI) publié le 14 novembre, entre 73% et 81% des acheteurs de bitcoin ont perdu de l’argent. L’analyse des portefeuilles montre que les petits acheteurs de bitcoins (avec un portefeuille inférieur à 1.000 bitcoin) ont acheté dans les phases de hausse alors que les "baleines", dont les portefeuilles dépassent les 100.000 bitcoins, ont vendu dans ces phases. En clair, les "gros" ont réalisé des bénéfices sur le dos des "petits".

Eclatement de la bulle

Philippe de Gouville, directeur général et co-fondateur d’Ismo, une fintech qui permet de placer de petits montants sur les marchés financiers, juge que la situation actuelle ressemble un peu à celle des années 2000 au moment de l’éclatement de la bulle Internet. "De nouveaux investisseurs sont arrivés sur le marché et ont acheté des actions d’entreprises digitales qui n’avaient pas de modèle économique. La bulle a éclaté et entrainé beaucoup de pertes pour les particuliers. Ces personnes sont sorties du marché pendant au moins dix ans. Le schéma s’est reproduit au moment du Covid. Les particuliers sont arrivés au sommet de la vague. Ils n’ont pas vendu, donc pas perdu, mais ils n’ont plus le même intérêt pour les cryptos. Et ce n’est pas une bonne nouvelle car les talents vont aller vers d’autres secteurs. Nous allons connaître un hiver des cryptos. Pour autant, elles ne vont pas disparaître. La réglementation sera bientôt votée au Parlement européen et cela va rassurer les investisseurs." Alexandre Roubaud, fondateur de Bitstack, une application d’épargne en bitcoin par arrondi, est plus optimiste. "La baisse du bitcoin a dopé le nombre d’utilisateurs et augmenté le volume. On a ouvert plus de 6.000 comptes depuis le lancement en juillet dernier."

Le bitcoin vaudra-t-il 1 million en 2030?

Cathie Wood, directrice générale de ARK Investment Management, balaie les critiques d'un revers de la main et continue à miser à fond sur le bitcoin dont elle prédit qu’il dépassera le million de dollars en 2030: "on a parfois besoin de se confronter à des crises, tout d’abord pour voir qui survit mais aussi pour tester le système. Nous pensons que le bitcoin s’en sortira très bien." Bref, les faillites vont purger l’écosystème et le rendre plus sain.

Ou 9.000 dollars dans quelques mois?

Vincent Boy, analyste marchés chez IG, ne partage pas cet optimisme. Il note que "le cours actuel du bitcoin autour de 16.000 dollars n’est pas déraisonnable. La faillite de BlockFi est déjà dans les cours. En revanche, le cas de Genesis inquiète davantage et une baisse vers 12.000-13.500 dollars n’est pas à exclure. Ce plancher pourrait à son tour être enfoncé en raison de la corrélation du bitcoin et des marchés traditionnels. Or ces derniers restent orientés à la baisse et le resteront en cas de récession. Le bitcoin pourrait alors descendre jusqu’à 9.000 dollars." Avant un rebond?

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Challenges.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon