Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

SpaceX accusé d'avoir violé la loi en bloquant une route au Texas

logo de Capital Capital 17/06/2021 Frédéric Sergeur
SpaceX accusé d'avoir violé la loi en bloquant une route au Texas © Bloomberg / Getty Images SpaceX accusé d'avoir violé la loi en bloquant une route au Texas

L’entreprise d’Elon Musk est également accusée d’avoir bloqué l’accès à une plage bien plus que ce que la loi l’y autorise.

Le torchon brûle entre les autorités du Texas et SpaceX. Dans un courrier envoyé le 11 juin et relayé par la chaîne KRGV et CNN, le procureur du comté de Cameron menace l’entreprise d’Elon Musk de poursuites en justice. La raison ? Les agissements de SpaceX dans les alentours de sa base située à Boca Chica. Elle est accusée d’avoir eu recours à une société privée pour bloquer les routes et d’avoir fermé une plage publique sur de trop nombreuses périodes.

Des habitants du comté de Cameroun se plaignent régulièrement de SpaceX. En enquêtant à ce sujet, des membres de l’équipe du procureur ont été arrêtés par un homme portant un “gilet pare-balles tactique” et qui leur a reproché d’avoir tenté d’accéder à une voie publique à proximité des installations de SpaceX. Dans son courrier, adressé au directeur de la sécurité de SpaceX, le procureur souligne qu’aucune fermeture de route n’avait été autorisée par les autorités ce jour-là et assuré que l’agent de sécurité en question n’était pas agrémenté par le ministère de la Sécurité publique du Texas, comme l’exige la loi.

>> A lire aussi - SpaceX risque de “monopoliser” l’espace, s’alarme Arianespace

Aucun commentaire de SpaceX

“Cette conduite est inacceptable”, assène le procureur, qui ajoute que “SpaceX, ses employés, ses agents et/ou ses sous-traitants” n’ont pas à “ignorer la loi”. L’entreprise spatiale est également accusée d’avoir fermé l’accès à une plage publique pendant 385 heures depuis le début de l’année 2021. Or, un accord avec les autorités l’autorise à fermer cette plage, en vue des essais et des lancements de ses fusées, seulement 300 heures… sur une année. Les actions de SpaceX pourraient constituer un délit de classe B (pour “obstruction d'une autoroute ou d'un autre passage”) et un crime au troisième degré (pour “s'être fait passer pour un officier public”), indique la lettre. CNN précise que SpaceX n’a pas répondu aux demandes de commentaires après la diffusion du courrier du procureur.

>> A lire aussi - Maintenant, Elon Musk veut créer... une ville

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Capital

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon