Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La chirurgie DIY : une très mauvaise idée née pendant la pandémie

logo de Cover Media Cover Media 24/11/2021
La chirurgie DIY : une très mauvaise idée née pendant la pandémie © Fournis par Cover Media La chirurgie DIY : une très mauvaise idée née pendant la pandémie

Des dermatologues rappellent que l’utilisation de « fillers » pour le visage ne peut être pas traité comme un « projet de bricolage »... ce qui s’est pourtant produit pendant le confinement. En effet, alors que les masques sur le visage sont devenus la norme au plus fort de la pandémie de Covid-19, les gens ont continué à dépenser de l'argent pour des produits de beauté et à recourir à des cosmétiques.

Cependant, les experts ont exhorté le public à éviter de faire ses propres « fillers » ou des soins au Botox à la maison, car les interventions cosmétiques maison peuvent conduire à une série de problèmes, depuis la cicatrice permanente à l'anomalie disgracieuse et permanente dans la pigmentation de la peau.

« Pendant le confinement, de nombreuses cliniques d'esthétique sont restées fermées. Dans l'impossibilité de se faire soigner par des professionnels, beaucoup se sont sentis obligés de chercher des options cosmétiques faciles à obtenir, mais plus risquées », a déclaré le Dr Neelam Vashi, professeur associé de dermatologie à la faculté de médecine de l'université de Boston, en évoquant l’achat par le public de produits destinés aux seuls médecins ou des contrefaçons.

Selon l’expert en dermatologie, il est toujours préférable de laisser l’administration de ces soins aux spécialistes. « Alors que les actes cosmétiques telles que les fillers présentent une myriade de complications possibles, ils sont très sûrs avec des effets secondaires nuls ou minimes lorsqu'ils sont réalisés par des professionnels agréés », a-t-il expliqué.

En outre, le Dr Vashi a mis en garde contre le fait qu'une grande partie des informations disponibles sur Internet, y compris les vidéos et les pages Web d'instructions qui enseignent comment s'auto-administrer ces produits cosmétiques, sont « factuellement incorrectes » et sont diffusées par des « experts » autoproclamés et non vérifiés.

« L'existence de sites Web de commerce électronique a facilité de manière exponentielle l'achat de produits fortement réglementés, tels que les produits de comblement dermique et les composés dangereux comme l'acide trichloracétique et bien d'autres, et de nombreux détaillants vendent des produits contrefaits de qualité inconnue, contenant des ingrédients interdits. Cela crée une situation qui prédispose les patients vulnérables à subir des conséquences involontaires et non souhaitées », a-t-il averti.

L’étude a été publiée dans la revue Clinics in Dermatology.

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon