Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Obésité et grossesse : une alimentation légère et de la gym pour un enfant en meilleure santé

logo de Cover Media Cover Media il y a 6 jours
© HalfPoint/Westend61/Cover Images

Une nouvelle étude du King's College de Londres, soutenue par la British Heart Foundation et l'association caritative Tommy's a révélé que les femmes enceintes obèses devraient revoir leur mode de vie afin de garantir à leurs enfants des bienfaits à long terme pour leur santé.

Les chercheurs ont découvert que les femmes en surpoids pouvaient influencer positivement la santé de leur enfant à naître simplement en modifiant leur régime alimentaire et en augmentant leur activité physique.

L'essai contrôlé et randomisé UPBEAT s'est concentré sur des participantes enceintes au Royaume-Uni, qui ont été divisées en deux groupes : l'un a bénéficié d'une intervention en matière de régime alimentaire et d'exercice physique, tandis que l'autre n'a apporté aucun changement à son mode de vie pendant sa grossesse.

Lorsque l'équipe a procédé à des examens de suivi trois ans après l'accouchement, les bébés dont les mères avaient modifié leur régime alimentaire et fait de l'exercice avaient un rythme cardiaque au repos plus faible que ceux dont les mères n'avaient pas changé leur mode de vie.

L'étude a également montré que les mères qui ont bénéficié d'une intervention pendant l'étude maintenaient toujours un régime alimentaire plus sain trois ans plus tard.

L'autrice principale, Kathryn Dalrymple, s'est réjouie des résultats et espère que les professionnels de la santé utiliseront ces recherches pour aider les femmes enceintes obèses à donner à leur enfant à naître le meilleur départ possible dans la vie.

« Ces résultats sont très intéressants car ils confirment que la grossesse est une occasion de promouvoir des changements positifs en matière de santé et de mode de vie qui profitent à la mère et à son enfant », a-t-elle expliqué.

Les chercheurs suivront à nouveau ces enfants entre huit et dix ans pour voir si cette amélioration de la santé cardiovasculaire se maintient.

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon