Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Cinq auteurs de livres de jeunesse à faire découvrir aux enfants cet été

logo de Ouest-France Ouest-France 10/08/2022 Par Éléonore CARTELLIER, docteur en littérature britannique, Anne-Marie MONLUÇON, maîtresse de conférences en littérature comparée, Chiara RAMERO, docteur en littérature française, Fanny RINCK, maîtresse de conférences en sciences du langage, Université Grenoble Alpes (UGA), avec Lisa ANTOINE-PÉNELON, bibliothécaire à Grenoble
Deux fillettes se sont installées dehors pour lire tranquillement leurs livres. © Photo d’illustration : Getty Images / iStockphoto Deux fillettes se sont installées dehors pour lire tranquillement leurs livres.

S’évader pendant les vacances, c’est aussi en profiter pour lire ! Voici cinq auteurs jeunesse dont les ouvrages sont absolument recommandés aux enfants.

La littérature de jeunesse est un secteur particulièrement dynamique, ce qui multiplie les possibilités de découvertes pour les lecteurs en herbe ou confirmés. Mais comment s’orienter alors entre tous ces contes, romans, albums, fictions historiques ou séries pour repérer les titres qui interpelleront votre enfant ? Les œuvres de ces cinq auteurs et illustrateurs, désormais incontournables auprès du jeune public, offrent de nombreuses pistes pour commencer le voyage.

Beatrice Alemagna

Cette autrice et illustratrice est née à Bologne. Bercée par les aventures de Fifi Brindacier et le roman Le Baron Perché, d’Italo Calvino, Beatrice Alemagna décide à 8 ans de devenir peintre et autrice de livres. Ce qu’elle a parfaitement réussi à faire avec une cinquantaine de livres édités, dont le multi-traduit Mon amour, aux éditions Hélium.

Son album Un grand jour de rien, chez Albin Michel jeunesse, plusieurs fois récompensé, met en scène un enfant obligé de sortir sous la pluie au lieu de jouer à son jeu vidéo. On y retrouve le style « fondu » de Beatrice Alemagna, où les matières ont l’air de se mêler, tout en donnant du relief et de la texture. Les pointes de couleurs vives semblent illuminer ses illustrations.

Vidéo ci-dessus : présentation de l’album « Un grand jour de rien » lors de sa sortie, en 2016.

Ses livres sont pensés comme des objets avec des calques, des collages, des formats atypiques et parfois très peu de texte, mais qui laissent toute la place à l’interprétation de l’adulte lecteur et de l’enfant écoutant. Son dernier livre Adieu Blanche-Neige revisite le conte, laissant la parole à la belle-mère dans toute sa cruauté, son ambivalence et sa douleur. Le propos a toujours plusieurs niveaux de lecture, ce qui rend son œuvre accessible pour plusieurs âges et permet des interprétations diverses.

Marie-Aude Murail

Membre de la « Charte des Auteurs et des Illustrateurs de Jeunesse » et décorée de plusieurs prix dont le prestigieux Prix Hans Christian Andersen, qui lui a été décerné en 2022, Marie-Aude Murail est un des piliers de la littérature française de jeunesse.

Elle naît en 1954 au Havre, dans une famille d’artistes. Plus tard, à la demande : « Comment on devient auteur pour les enfants ? », elle répondra : « On le devient par hasard et on le reste par conviction. » La majeure partie de son œuvre, publiée à L’École des Loisirs, s’adresse aux adolescents. Elle se rapproche de leur monde et fait vivre des personnages auxquels ils peuvent s’identifier, avec un mouvement de balancier entre identification et projection, pour imaginer d’autres possibles et d’autres horizons. Elle soutient l’idée que le public doit sentir qu’elle aime ses personnages et ses lecteurs.

Parmi ses romans les plus célèbres, comme Oh, boy ! (2000), Simple (2004), Vive la République ! (2005) ou Miss Charity (2008), les séries se succèdent : Émilien (1989-1992), Nils (1991-1998) et Malo de Lange (2009-2012) conquièrent le cœur des adolescents ; L’espionne, publié chez Bayard depuis 2001, celui des lecteurs plus jeunes.

Vidéo ci-dessus : lecture du roman Sauveur & Fils par Marie-Aude Murail.

Aujourd’hui, Sauveur & Fils, autour d’un psychologue qui aide des jeunes en souffrance, en est à sa septième saison, le deuxième volet de l’adaptation en bande dessinée de Miss Charity, contant les aventures d’une petite fille pleine de curiosité de la bonne société anglaise du XIXe siècle, va bientôt paraître, et les enquêtes policières dans les rues du Havre (co-écrites avec son frère Lorris) sont désormais trois : Angie, Souviens-toi de septembre et À l’hôtel du pourquoi pas ?

Jean-Claude Mourlevat

Recommander la lecture des livres pour la jeunesse de Jean-Claude Mourlevat, est-ce si original ? Cet ancien professeur d’allemand, passé par le théâtre, comme interprète et metteur en scène, traduit dans une vingtaine de langues ainsi qu’en braille, récompensé par le prestigieux prix Astrid-Lindgren en 2021, jouit d’une renommée internationale.

Nombre d’adultes ont lu à leurs enfants et petits-enfants ou fait lire à leurs élèves quelques-uns de ses livres mémorables. En fin de primaire, on peut lire L’Enfant Océan, réécriture par transposition à l’époque contemporaine du Petit Poucet de Perrault, combiné – les spécialistes parlent de « contamination », lorsque l’on tresse plusieurs sources littéraires – à des réminiscences de Hansel et Gretel des frères Grimm.

Mais la vraie prouesse de l’auteur est ailleurs. Celui-ci renouvelle l’exploit de Faulkner dans son roman polyphonique Tandis que j’agonise. Mourlevat écrit dans les silences du conte de Perrault, il donne la parole à tous les personnages, y compris, de manière virtuose, à tous les frères de ce petit taiseux de Poucet.

D’autres se souviennent d’avoir dû relire plusieurs soirs de suite le chapitre du concours de jurons de La Ballade de Cornebique à leurs enfants trépignant de joie et s’empressant de réemployer ces insultes archaïques et savoureuses.

Vidéo ci-dessus : 4 minutes en tête-à-tête avec Jean-Claude Mourlevat.

Le récent roman Jefferson, destiné aux enfants de 9 ans et plus, traite de sujets sérieux, avec nuances, et une agilité tonale qui permet de passer du suspense le plus angoissant à la franche rigolade ou à l’humour subtil. Le récit démarre à la suite du meurtre d’un coiffeur, un blaireau dénommé Edgar, dont est accusé le héros, Jefferson, un jeune hérisson. L’enquête, lancée avec son ami le cochon Gilbert, pour échapper à une erreur judiciaire, constitue le nœud de l’intrigue. Elle ne s’articule à la cause animale que dans un second temps : il s’avère que la victime militait secrètement en faveur de cette cause, dénonçant la manière dont les animaux souffrent dans les abattoirs.

Les dialogues entre les personnages valent leur pesant d’or, notamment grâce à l’emploi récurrent par ces personnages animaux d’expressions humaines, le sens figuré venant doubler le sens propre. Ainsi « la vieille bique » est-elle une vieille chèvre, épouse d’un juge…

Claude Boujon

Claude Boujon a aussi été peintre, sculpteur et marionnettiste. Auteur et illustrateur, il fait partie des figures incontournables auprès du jeune public, à l’âge de la maternelle. Ce qui frappe, dans les textes comme dans les dessins, c’est leur simplicité, alliée à une grande expressivité. Tout tient dans une posture, un regard, une onomatopée.

Son univers est d’une extrême richesse et faussement facile, car entrer dans un album de Claude Boujon, c’est entrer en littérature, passer par une petite porte pour s’ouvrir aux relations entre personnages, au pouvoir des mots, aux questions du lecteur. C’est lui que le renard regarde, droit dans les yeux, sur la couverture de Bon appétit Monsieur Renard.

Les incipit déclenchent une quête, toujours avec humour : « Il était une fois un jeune loup qui ne savait pas qu’il était un loup », dans L’apprenti-loup, ou : « Quand la sorcière Ratatouille se compara à la photo du magazine, elle se trouva moche », dans Ah ! Les bonnes soupes.

Vidéo ci-dessus : lecture de La brouille de Claude Boujon.

Chez Claude Boujon, il est question du vivre ensemble, comme dans La brouille, savoureuse histoire de voisinage, et dans L’intrus, où les Ratinos font face à une « montagne de chair ». Il est aussi question de livres, dans Un beau livre, et dans Le Crapaud perché, où le héros « aurait pu passer des jours entiers le nez dans un bouquin ». Un de ses textes les plus drôles, La chaise bleue, est l’histoire d’une amitié et une ode à l’imaginaire car : « Une chaise c’est magique. On peut la transformer. »

Susie Morgenstern

Née aux États-Unis en 1945, écrivant depuis la fin des années 1970, Susie Morgenstern est une autrice incontournable en littérature de jeunesse. Ses œuvres sont à la fois touchantes et complexes. Ayant beaucoup écrit pour les lecteurs de l’âge du primaire, elle s’est tournée ces dernières années vers un public plus mûr avec des textes sur le désir adolescent tels que Touche-Moi, publié en 2020, ou encore sur la technologie et les relations intergénérationelles avec iM@mie.

Vidéo ci-dessus : Susie Morgenstern égaye la littérature jeunesse (France Culture)

Ses œuvres les plus emblématiques s’adressent aux lecteurs de 8 à 12 ans avec La Sixième, Joker, Lettres d’amour de 0 à 10, ou encore Les deux moitiés de l’amitié. Alors que les deux premiers ouvrages se concentrent sur l’école, les deux derniers de la liste sont de belles réflexions sur l’amour et l’amitié entre les générations et entre les religions.

La version originale de cet article a été publiée dans The Conversation.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon