Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Cancer : ces pénuries de médicaments qui font "perdre des chances" aux patients

logo de Femme Actuelle Femme Actuelle 15/09/2020 Anaïs Chabalier
Cancer : ces pénuries de médicaments qui font "perdre des chances" aux patients © iStock Cancer : ces pénuries de médicaments qui font "perdre des chances" aux patients

La Ligue contre le cancer alerte sur la pénurie de médicaments qui constitue une perte de chance pour les patients. Elle lance une campagne pour lutter contre ce fléau.

"Cher patient, pour votre médicament, merci de patienter". Voici le slogan de la campagne de la Ligue contre le cancer contre la pénurie de médicaments. Une pénurie mise en lumière par la crise sanitaire due à la Covid-19, mais qui n’a pas attendu l’épidémie pour sévir.

Preuve en est : le nombre de signalements de médicaments en rupture ou en tension d’approvisionnement est passé de 404 en 2013 à 1.499 en 2019 et pas moins de 75% des professionnels soignants exerçant en cancérologie ont déjà été confrontés à une pénurie de médicaments.

Au total, "il y a une quarantaine de médicaments d'importance majeure en oncologie qui ont fait l'objet de pénurie" au fil des années", précise le Pr Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer, à l’AFP.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Les médicaments peu chers sont les plus touchés par la pénurie


Vidéo: Les ronfleurs, personnes à risque face à la Covid-19 ? (Gentside)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

A l’origine de ce phénomène ? "Un problème lié à la structure économique du marché du médicament", explique le Pr Axel Kahn. Les médicaments les plus concernés sont les plus indispensables et les moins chers. "Les innovations thérapeutiques qui coûtent la peau des fesses, on n'en manque jamais", ajoute le Pr Jean-Paul Vernant, hématologue.

Parmi eux, on retrouve notamment des médicaments utilisés dans le traitement du cancer de la vessie, comme le BCG intravésical ou encore l’Amétycine. Une pénurie qui constitue une véritable perte de chance pour les malades, car "dans un certain nombre de cas, certains cancers de la vessie qui étaient parfaitement tenus en respect par des instillations intravésicales ont dû, du fait de la pénurie de ces médicaments, faire l'objet d'une cystectomie totale", autrement dit d’une ablation de la vessie, souligne le Pr Axel Kahn.

Médicaments : créer du stock et rapatrier la fabrication contre la pénurie

Pour lutter contre cette pénurie, la Ligue contre le cancer réclame des sanctions financières contre les laboratoires à l’origine de ces problèmes d’approvisionnement. Mais ce n’est pas tout : l’association demande aussi une meilleure information des patients, ainsi que leur recensement grâce à la création d’un système collectif d’information, car nombreux sont ceux qui découvrent que leur médicament est en rupture de stock sans en avoir été informé au préalable.

L’idée, pour venir à bout de cette pénurie ? "Avec Agnès Buzyn (alors ministre de la Santé), on avait parlé de faire des stocks de 4 mois pour éviter les ruptures prolongées", explique le Pr Axel Khan. Mais un décret à paraître passerait à 2 mois de stock, une quantité jugée insuffisante par le président de la Ligue contre le cancer. Sur Franceinfo, il propose donc une autre solution : "rapatrier la fabrication des médicaments d'importance majeure", le plus souvent conçus en Chine ou en Inde.

A lire aussi :

Covid-19 : cette nouvelle pénurie qui inquiète les professionnels de santé

Pénurie de médicaments : quelles sont les solutions pour obtenir son traitement ?

Pénurie de médicaments : c’est grave, docteur ?

Publicité
Publicité

Plus d'info : FemmeActuelle.fr

Femme Actuelle
Femme Actuelle
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon