Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Comment gérer sa demande de crédit immobilier pendant une grossesse ?

logo de ELLE ELLE 26/04/2021 Anne-Lise Defrance

Vous attendez un heureux événement et vous avez trouvé le logement de vos rêves pour abriter votre petite famille ? Voici tout ce qu'il faut savoir pour gérer au mieux votre demande de crédit immobilier.

© Ridofranz

Dois-je déclarer ma grossesse à la banque ?      

Rien ne vous y oblige. Mais si vous le faites, soyez sûre de vous. Car, en matière de crédit immobilier, l'arrivée d'un enfant peut jouer en votre faveur… ou pas. Même s'il n'est pas encore né, votre bébé est en effet considéré par votre banquier comme un membre de votre famille. Donc, « si vous sollicitez un prêt à taux zéro (PTZ), c'est tout bénéfice, explique Sandrine Allonier, directrice des études du courtier Vousfinancer. Le montant du PTZ dépendant notamment du nombre de personnes qui composent votre foyer, cet heureux événement vous permet d'obtenir une somme plus élevée. » En revanche, pour les prêts « classiques », c'est l'inverse. « La banque part du principe que cet enfant va représenter une charge supplémentaire. Elle estime donc que le montant dont vous avez besoin chaque mois pour vivre une fois votre échéance de crédit payée sera plus important. Elle peut donc décider de vous prêter moins », poursuit Sandrine Allonier.

Peut-on refuser un prêt ?    

Votre grossesse ne peut en aucun cas être un motif de refus. Pour autant, ce n'est pas parce que vous attendez un enfant que vous obtiendrez votre crédit. Enceinte ou pas, la banque regarde votre taux d'endettement, votre reste à vivre, votre situation financière et surtout… vos revenus mensuels. Pour étudier votre dossier, la banque prend en compte vos revenus le jour où vous effectuez votre demande. Or, si vous êtes déjà en congé maternité, seule une partie de votre salaire est retenue. « Pour convaincre votre banquier que vous retrouverez vite toute votre paie, demandez à votre employeur un courrier attestant que vous reprendrez le travail au terme de votre congé maternité », conseille Sandrine Allonier.


Vidéo: Le Phocéen Bien-Etre : Renforcement, cardio, relevez le challenge du coach ! Séance n°17 (Dailymotion)

Relire la vidéo

Suis-je couverte par l'assurance emprunter ?   

« Être enceinte n'est pas une maladie, rappelle Astrid Cousin, porte-parole du courtier en assurance de prêt Magnolia. En ce sens, aucun assureur ne peut vous exclure ni vous faire payer plus. » Mais il peut vous réclamer des informations complémentaires par rapport au questionnaire de santé que vous avez rempli au moment de votre demande de prêt afin de bien vérifier vos antécédents médicaux. Si vous ne lui avez rien caché, pas de souci : votre assurance prendra en charge le remboursement de vos mensualités de crédit en cas de graves complications durant la grossesse. Dans le cas contraire, rien ne l'y contraindra.

J'ai déjà un prêt. Puis-je arrêter de le rembourser pendant quelques mois pour faire face aux dépenses liées à l'arrivée du bébé ? 

Tout dépend si cette option figure dans les conditions générales de votre crédit. Problème : peu de banques la proposent. Mais tout n'est pas perdu pour autant : 90 % des prêts permettent de moduler le montant de ses échéances, c'est-à-dire de rembourser moins chaque mois pendant une période donnée. Là encore, pour savoir si vous y avez droit, lisez les petites lignes de votre contrat de prêt. Un bémol toutefois, cette possibilité est souvent conditionnée à l'ancienneté de votre crédit. Concrètement, la banque ne l'accorde qu'aux emprunts signés il y a plus de douze ou vingt-quatre mois. Gare aussi au surcoût généré par cette option. En diminuant vos mensualités, vous allongez la durée de remboursement de votre prêt, donc le coût global de votre crédit.

Garder de la marge

Un bébé, ça change une vie… et un porte-monnaie aussi ! Même si votre banque accepte que vous vous endettiez à hauteur de 35 % de vos revenus au maximum, restez raisonnable. Car, entre les couches, la nourriture et la nounou, vous allez devoir faire face à de nouvelles dépenses. Pour ne pas risquer de vous retrouver dans le rouge chaque mois, mieux vaut éviter d'avoir recours à un emprunt trop élevé pendant cette période de transition dans votre vie personnelle et professionnelle.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Elle.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon