Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Démence : dents perdues, risque accru

logo de Femme Actuelle Femme Actuelle 15/07/2021 Pierre Morel
Démence : dents perdues, risque accru © iStock/Getty Images Démence : dents perdues, risque accru

Une étude établit un lien statistique entre santé bucco-dentaire et maladies neurodégénératives.

L’état de notre bouche et celui de notre cerveau sont-ils liés ? On pourrait le penser au vu d’une nouvelle étude statistique (et non de causalité : elle n’établit pas de lien de cause à effet) de la revue Jamda, qui associe risque de démence et chute des quenottes.

Les chercheurs de l’université de New York ont procédé à une méta-analyse (c’est-à-dire l’analyse de plusieurs études, 14 en l’occurrence) portant sur 34 000 patients adultes dont 4 500 présentaient a minima des troubles cognitifs. Après avoir étudié leur état de santé bucco-dentaire, ils en ont conclu que perdre au moins une dent augmentait de 1,48 fois le risque de troubles cognitifs et de 1,28 fois le risque de démence.

Et ce n’est pas tout : chaque dent supplémentaire perdue accroit le risque de démence de 1,4%. Précisons cependant qu’il ne s’agit pas pour les chercheurs d’affirmer que la perte des dents provoque les maladies neuro-dégénératives, mais elles peuvent peut-être les annoncer : "Cette relation entre le nombre de dents manquantes et le risque de diminution de la fonction cognitive renforce considérablement les preuves liant la perte des dents aux troubles cognitifs et fournit des preuves que la perte des dents peut prédire le déclin cognitif", explique l’auteur principal de l’étude.

FEMME ACTUELLE - Atteint d'Alzheimer, un homme retombe amoureux de sa femme... et la demande en mariage une deuxième fois
Vidéos suggérées
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Les scientifiques préconisent donc de prendre soin de sa bouche. Une bonne santé bucco-dentaire pourrait prévenir l’apparition de ces terribles pathologies, qui pourraient être liées, supposent-ils, à la présence de certaines bactéries pathogènes ou – autre piste – aux changements morphologiques entraînés par une mastication sans dents. D’ailleurs, les personnes portant des prothèses dentaires après avoir perdu des dents courent moins de risques d’être victimes de démence.

Alzheimer : premiers résultats prometteurs pour un vaccin

Calculer son risque de démence, c’est possible

Maladie d'Alzheimer ou "démence sénile", quelles différences ?

Publicité
Publicité

Plus d'info : Femme Actuelle

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon